Accueil | Qui sommes-nous? | Numéros parus | Se procurer la RiLi | S'abonner | Newsletter | Contacts | Liens | La toile de la RiLi

Browning, poète nécromant

à propos de Robert Browning, L’Anneau et le livre

par Laurent Folliot

En 1869, Robert Browning, alors au sommet de sa gloire, publie The Ring and the Book, épopée en vers blancs contant un sordide assassinat dans la Rome des années 1690. Laurent Folliot revient ici, à l’occasion de la publication de la traduction qu’en a proposé Georges Connes, sur cette oeuvre poétique hors norme qui, par son style, sa construction, mais aussi sa précision documentaire – Browning s’appuyait sur les minutes du procès – tient une place unique dans la littérature britannique.

Il semble que la littérature anglaise du XIXe siècle, et singulièrement la poésie, connaisse actuellement un certain regain d’intérêt en France : on songe par exemple, pour n’en citer que deux, aux traductions de Coleridge publiées par Jacques Darras dans la collection « Poésie » de Gallimard, ou au Don Juande Byron, entièrement retraduit chez le même éditeur par les soins de Marc Porée et de Laurent Bury. Le Bruit du Temps vient d’apporter à ce processus une contribution décisive en republiant (c’est une première en cinquante ans) l’unique traduction française, accompagnée du texte anglais et d’un généreux apparat critique, de l’oeuvre maîtresse du victorien Robert Browning (1812-1889). Initialement paru en 1869, L’Anneau et le livre explore en plus de vingt mille vers et douze « monologues dramatiques » tous les ressorts d’une affaire sanglante qui défraya la chronique romaine à la fin du XVIIe siècle, et dont l’auteur avait retrouvé par hasard les minutes sur un marché de Florence : pour résumer outrageusement, le meurtre par un hobereau d’une très jeune bourgeoise épousée par intérêt et de ses vieux parents, après qu’un jeune et fougueux chanoine a tenté de l’enlever pour la soustraire au martyre qu’elle endurait. Au terme d’une progression savamment ménagée de point de vue en point de vue, qui donne à entendre les voix d’une rumeur divisée, celles des protagonistes, les pompeuses plaidoiries de leurs avocats, puis les méditations du pape Innocent XII en personne, le lecteur émerge finalement de la grisaille incertaine de l’humanité commune – traitée avec l’âpre ironie d’un grand moraliste – pour entrevoir les deux extrémités du bien et du mal, éternisées dans un face-à-face auquel le poète a voulu donner la force du mythe.

On ne s’attardera pas, ici, sur l’intensité de l’évocation, sur la puissance émotionnelle du récit, mais plutôt sur la singularité d’une oeuvre dont l’ambition et la conception continuent de paraître folles à un lecteur contemporain, d’une « folie » qui intéresse directement aussi bien l’histoire que la théorie de la littérature. Histoire et théorie des genres, d’abord : dans le champ britannique, L’Anneau et le livre constitue l’une des principales tentatives pour mettre au jour un équivalent moderne de l’épopée, non seulement par son ampleur, mais aussi par l’urgence spirituelle de son propos, fût-elle parfois enténébrée par le doute (la réinvention de la foi chrétienne est bien sûr l’un des thèmes profonds de l’oeuvre). Pas de complète sécularisation de l’épique, donc, mais une démocratisation, qui passe par l’assomption poétique de l’ordinaire, voire du sordide : Browning continue Wordsworth et son désir d’un « chant philosophique de vérité qui chérît notre vie de chaque jour», tout en le mettant à l’épreuve corrosive du Don Juande Byron. À la différence de ces précédents, toutefois, L’Anneau et le livre n’est plus immédiatement l’épopée de la conscience poétique. La virtuosité de la caractérisation dramatique, la constance des développements analytiques et la complexité de l’intrigue signalent que l’ambition épique passe ici par la réappropriation des possibilités de la forme romanesque. La valeur indicielle du moindre détail donne ainsi à L’Anneau et le livre des allures de roman policier, en quoi il ne fait d’ailleurs que reproduire le caractère « circonstancié » qui fut dès l’origine un aspect essentiel de la fiction anglaise. En même temps, le poème, basé comme on l’a dit sur des minutes authentiques, s’inscrit par là dans une relation vitale à la véracité du fait historique : le soin que met Browning à recréer un autre temps et une autre culture dépasse largement la couleur locale, pour atteindre (sans s’y épuiser) à ce qu’il faut bien appeler une sorte de naturalisme historique, dont les facteurs sociaux ne sont pas absents. Il faudrait encore parler de l’omniprésence de la dissection psychologique, à laquelle Henry James fut loin d’être insensible, et qui se conjugue à la multiplicité des points de vue – les voix qui se succèdent narrent à peu de chose près les mêmes événements – pour mener Browning à des audaces inconnues du roman de son temps, et toutes proches des expérimentations du XXe siècle.

Le poète nécromant

L’Anneau et le livren’en demeure pas moins résolument un poème, dont la dimension réflexive et critique en fait un jalon passionnant de l’évolution de la poétique de l’oeuvre. Deux tendances fondamentales en déterminent l’architecture. D’abord, la fascination de l’histoire a pour corollaire, chez Browning, la redéfinition de la figure du poète, non plus voyant ou créateur à la manière du romantisme shelleyen, mais recréateur ou nécromant. Il s’agit moins désormais de déployer l’infinie potentialité de l’être que de ranimer les braises de ce qui fut, pour lui faire dire sa vérité finie, de remodeler « quelque fragment d’un tout » (p. 93). À cet égard, le monologue dramatique préfigure non seulement l’objectivisme d’Eliot et de Pound, mais peut-être plus encore leur nostalgie déchirée, fragmentaire précisément, de la vie et des cultures passées. D’autre part – et annonçant, là aussi, le modernisme –, il y a la visée totalisante de l’oeuvre, inséparable de l’inquiétude morale et religieuse qui habite Browning : la polyphonie doit se résorber dans une symphonie, la multiplicité dans l’unité, le chaos dans un ordre ultime au moins entrevu. Si la cathédrale a été, de Wordsworth à Proust, la grande métaphore moderne de l’oeuvre, elle fait ici place à l’anneau parfait dans lequel l’artiste a mêlé au minerai brut du fait historique l’alliage de son vers pour mieux le porter à une absolue pureté idéationnelle : l’anneau tire son prix de l’authenticité du filon (le vieux Livre Jaune acheté à Florence), mais il est impensable sans le travail qui l’a raffiné et ciselé. L’image, longuement filée, dit la tension dont se nourrit l’écriture de Browning entre la vie des faits et celle de l’art, entre expressivité vitaliste et perfection de la clôture, en même temps que la volonté profonde qui anime toute l’oeuvre, le désir de transmuter en vérité spirituelle, par la fiction, la vérité encore trop humaine de l’archive : loin de l’art pour l’art, la poésie moderne s’élabore ici dans un questionnement éthique incessant.

La méthode oblique

Car L’Anneau et le livre est également une épopée du langage poétique, chargée de dire tout le réel et, surtout, le vrai, mais d’emblée frappée par l’hypothèque que Browning voit planer sur tout langage humain, désigné à plusieurs reprises comme l’instrument systématique du mensonge et de l’aliénation. C’est donc « par la méthode oblique » (p. 1269) que le langage poétique dira le vrai à l’humanité, c’est-à-dire par un labeur incessant qui, plus qu’ailleurs, le maintient aux limites de la langue. Le vers blanc de Browning, d’une rare puissance rythmique, use à satiété de toutes les ressources allitératives de l’anglais, multiplie les anacoluthes, élide articles et conjonctions, comme s’il s’efforçait de développer sa grammaire propre : la traduction, ici, relève plus encore qu’ailleurs de la gageure. De haute tenue, celle de Georges Connes – en prose, selon une vénérable tradition française – fait droit à la verve de Browning, à sa gouaille souvent sardonique. Elle respecte la débauche lexicale qui caractérise son oeuvre, la tendance accrue à l’oralité par où celle-ci s’éloigne du romantisme. Surtout, elle est à l’écoute de toutes les inflexions des voix browningiennes : le monologue dramatique s’y trouve tiré du côté d’une vraisemblance conversationnelle remarquablement efficace. On peut certes regretter que s’y perdent un peu la spécificité du vers, l’abrupt de la syntaxe, l’excès du signifiant si essentiel à la poétique de Browning ; mais l’intérêt de cette édition bilingue est aussi de permettre la mesure d’une difficulté, de faire apparaître dans toute leur ampleur l’écart entre les langues et l’attraction utopique, toujours actuelle, d’une parole largement étrangère aux habitudes du public français.

Deux éclairages


Il faut, à cet égard, saluer la complexité de l’édition publiée par Le Bruit du Temps, assortie d’un apparat critique considérable qui ne néglige aucun moyen de familiariser le lecteur avec l’oeuvre et son auteur. Signalons pour commencer l’annotation exhaustive de ce volume, due aux éditeurs, et qui explicite les nombreuses références susceptibles d’éclairer le texte de Browning, saturé d’érudition anglaise mais aussi italienne. Il y a plus : cette édition ne donne pas seulement à connaître un beau texte, elle semble placer en perspective la figure et le poème de Browning, un peu comme le fait celui-ci de l’assassinat de la famille Comparini. En mettant en lumière la réception de Browning et, par là, le rôle qu’il a pu jouer dans l’histoire du sens accordé à la poésie et à la littérature en général, les éditeurs semblent avoir voulu faire écho aux revendications de sa poétique, donner toute la mesure de son exigence de l’oeuvre et pour l’oeuvre, sans pour autant l’enfermer dans une interprétation prescrite d’avance. C’est notamment le fait du double éclairage fourni par deux « introductions » ou présentations de Browning, rédigées à cinquante ans d’intervalle. D’un côté, la substantielle « étude documentaire » de Georges Connes, placée en fin de volume comme pour prolonger la résonance du poème autant que pour « l’expliquer », si elle remplit fidèlement la tâche qu’elle se propose de favoriser la compréhension de l’oeuvre (rappel du synopsis, des principaux personnages, etc. – Connes a de plus ajouté en marge du texte même de Browning lui-même de brefs résumés de chaque incident et argument), vaut également comme témoignage personnel de l’impact que put avoir la poésie de Browning. Normalien, angliciste, enseignant à la Faculté des Lettres de Dijon, Connes travailla à cette traduction durant les années noires de l’Occupation ; elle fut pour lui, dit-il, un écran à des activités moins ostensibles, celles de la Résistance où il s’impliqua, passant par le maquis et la prison. Pétri des valeurs humanitaires de l’entre-deux-guerres, Connes voit en Browning un Shakespeare moderne, c’est-à-dire plus proche des préoccupations fondamentales de notre temps ; sa ferveur a pour but de faire reconnaître en France le génie de l’auteur (dont la renommée fut immense en pays anglo-saxon), mais aussi, du même coup, de promouvoir une certaine vision de la littérature. Il cite longuement, à cet effet, l’ouvrage consacré au poète par G. K. Chesterton, qui situe la grandeur de Browning dans l’assomption littéraire de l’insignifiant – on se trouverait ainsi d’accord avec les idées de Jacques Rancière sur l’esthétique moderne comme redistribution du sensible – et aussi dans la traduction artistique radicale de cette exigence première de la modernité qu’est la liberté de parole : tout point de vue demande à être entendu, fût-ce celui du Mal. Pour Connes, renchérissant sur ce propos auquel il apporte tout le souci éthique d’un résistant qui fut confronté aux dilemmes de l’épuration, Browning est le tenant par excellence d’un humanisme intégral, courant le risque de la confrontation avec les puissances des ténèbres pour mieux assurer, en définitive, l’authenticité d’une morale. S’il offre dans son étude une synthèse détaillée des documents qui constituaient le Livre Jaune, c’est pour permettre au lecteur de «juger sur pièces » l’art du poète et son projet, et aussi pour rappeler toute la vigueur de la motivation éthique qui les anime.

À l’autre bout, la préface de Marc Porée apporte d’avance un complément au ton parfois militant de l’étude de Georges Connes (Browning, en somme, serait lepoète), auquel on revient avec profit une fois lue cette dernière. D’abord, elle replace, avec rigueur et minutie, l’auteur dans le contexte de sa culture et de son temps, le situant par rapport à l’héritage romantique comme par rapport à ses principaux contemporains : position à la fois centrale, par l’ambition inégalée de son oeuvre, et marginale par l’excentricité rugueuse de sa poésie, si différente de la poésie « tout court » de Tennyson ou d’Arnold. Et elle nuance quelque peu, sans la nier, l’importance que confère Connes à l’urgence morale qui imprègne L’Anneau et le livre, urgence qui n’est pas étrangère à un certain consensus victorien, mais dont Marc Porée s’attache à faire ressortir toute la complexité : Browning est aussi notre contemporain, si l’on veut, par la part d’ombre de ses études de caractère, par sa fascination pour la déviance, par sa détermination à donner la parole à une négativité qui ne se laisse subsumer qu’au tout dernier moment sous le grand schème éthique dont le poème se veut porteur. Schème dont la présence et la pertinence ne sont pas discutables, mais dont la réalisation fondamentale serait peut-être plutôt à chercher dans l’ample mouvement du texte, dans la lenteur « oblique » de son cheminement, moins dans le temps du jugement que dans celui que l’on prend avant de juger. Ce n’est pas le moindre mérite de ce volume que de donner au lecteur celui de réfléchir aux opérations de l’oeuvre littéraire, à l’historicité de nos sensibilités et de nos jugements, tout en lui laissant une complète liberté d’appréciation et d’interprétation vis-à-vis du monument qu’il s’apprête à aborder. 





Laurent Folliot
Laurent Folliot est agrégé-répétiteur d’anglais à l’École normale supérieure (Ulm). Il termine actuellement une thèse sur la poésie de Wordsworth et Coleridge. Il a réalisé plusieurs travaux de traduction, aux éditions Circé et Payot-Rivages.


Pour citer cet article : Laurent Folliot, « Browning, poète nécromant », in La Revue Internationale des Livres et des Idées, 17/11/2009, url: http://www.revuedeslivres.net/articles.php?idArt=409
Rechercher :
Espace abonnés
Mot de passe oublié ?


Articles en accès libre

Yves Citton - Foules, nombres, multitudes : qu'est-ce qu'agir ensemble ?

à propos de
Collectif, Local Contemporain n°5
Thomas Berns, Gouverner sans gouverner. Une archéologie politique de la statistique
Pascal Nicolas-Le Strat, Expérimentations politiques
Pascal Nicolas-Le Strat, Moments de l'expérimentation


Philippe Minard - « À bas les mécaniques ! »: du luddisme et de ses interprétations

à propos de
François Jarrige, Au temps des "tueuses à bras". Les bris de machines à l'aube de l'ère industrielle (1780-1860)


Jérôme Vidal - La dernière « intox »
de l’industrie atomique :
le nucléaire, une énergie propre et sûre

à propos de
À propos de Frédéric Marillier, EPR. L’impasse nucléaire,


Charlotte Nordmann - Insoutenable nucléaire

à propos de
À propos de Laure Noualhat, Déchets, le cauchemar du nucléaire,


A l'attention de nos lecteurs et abonnés

La Revue internationale des Livres et des Idées reparaît en septembre !

"Penser à gauche. Figures de la pensée critique" en librairie

Jean-Numa Ducange - Editer Marx et Engels en France : mission impossible ?

à propos de
Miguel Abensour et Louis Janover, Maximilien Rubel, pour redécouvrir Marx
Karl Marx, Le Capital


J. R. McNeill - La fin du monde est-elle vraiment pour demain ?

à propos de
Jared Diamon, Effondrement. Comment les sociétés décident de leur disparition ou de leur survie


Antonio Negri - Produire le commun. Entretien avec Filippo Del Lucchese et Jason E. Smith

Alfredo Gomez-Muller - Les luttes des "indigènes en Bolivie : un renouveau du socialisme ?

Arne Næss et la deep ecology: aux sources de l'inquiétude écologiste

Comment vivons-nous ? Décroissance, "allures de vie" et expérimentation politique. Entretien avec Charlotte Nordmann et Jérôme Vidal

Giovanna Zapperi - Neutraliser le genre ?

à propos de
Camille Morineau, L'adresse du politique


Politiques du spectateur

Partha Chatterjee - L’Inde postcoloniale ou la difficile invention d’une autre modernité

Le climat de l’histoire: quatre thèses

Alice Le Roy - Écoquartier, topos d’une écopolitique ?

Jérôme Vidal et Charlotte Nordmann - J’ai vu « l’Esprit du monde », non pas sur un cheval, mais sur un nuage radioactif : il avait le visage d’Anne Lauvergeon1 (à la veille du sommet de l’ONU sur les changements climatiques)

Charlotte Nordmann et Bernard Laponche - Entre silence et mensonge. Le nucléaire, de la raison d’état au recyclage « écologique »

Jérôme Ceccaldi - Quelle école voulons-nous?

Yves Citton - Beautés et vertus du faitichisme

Marie Cuillerai - Le tiers-espace, une pensée de l’émancipation

Tiphaine Samoyault - Traduire pour ne pas comparer

Sylvie Thénault - Les pieds-rouges, « gogos » de l’indépendance de l’Algérie ?

Michael Löwy - Theodor W. Adorno, ou le pessimisme de la raison

Daniel Bensaïd - Une thèse à scandale : La réaction philosémite à l’épreuve d’un juif d’étude

Bourdieu, reviens : ils sont devenus fous ! La gauche et les luttes minoritaires

Samuel Lequette - Prigent par lui-même – Rétrospections, anticipations, contacts

Laurent Folliot - Browning, poète nécromant

David Macey - Le « moment » Bergson-Bachelard

Hard Times. Histoires orales de la Grande Dépression (extrait 2: Evelyn Finn)

La traversée des décombres

à propos de
Bruno Tackels, Walter Benjamin. Une vie dans les textes


Delphine Moreau - De qui se soucie-t-on ? Le care comme perspective politique

Hard Times. Histoires orales de la Grande Dépression (extrait 1: Clifford Burke)

Thomas Coutrot - La société civile à l’assaut du capital ?

Anselm Jappe - Avec Marx, contre le travail

à propos de
Moishe Postone, Temps, travail et domination sociale
Isaac I. Roubine, Essais sur la théorie de la valeur de Marx


L'histoire du Quilt

Jacques Rancière - Critique de la critique du « spectacle »

Yves Citton - Michael Lucey, ou l'art de lire entre les lignes

à propos de
Michael Lucey, Les Ratés de la famille.


Wendy Brown - Souveraineté poreuse, démocratie murée

Marc Saint-Upéry - Y a-t-il une vie après le postmarxisme ?

à propos de
Ernesto Laclau et Chantal Mouffe, Hégémonie et stratégie socialiste


Razmig Keucheyan - Les mutations de la pensée critique

à propos de
Göran Therborn, From Marxism to Postmarxism?


Yves Citton et Frédéric Lordon - La crise, Keynes et les « esprits animaux »

à propos de
George A. Akerlof et Robert J. Shiller , Animal Spirits


Yves Citton - La crise, Keynes et les « esprits animaux »

à propos de
A. Akerlof et Robert J. Shiller, Animal Spirits
John Maynard Keynes, Théorie générale de l’emploi, de l’intérêt et de la monnaie


Version intégrale de : Le Hegel husserliannisé d’Axel Honneth. Réactualiser la philosophie hégélienne du droit

à propos de
Axel Honneth, Les pathologies de la liberté. Une réactualisation de la philosophie du droit de Hegel


Caroline Douki - No Man’s Langue. Vie et mort de la lingua franca méditerranéenne

à propos de
Jocelyne Dakhlia, Lingua franca. Histoire d’une langue métisse en Méditerrannée


Pierre Rousset - Au temps de la première altermondialisation. Anarchistes et militants anticoloniaux à la fin du xixe siècle

à propos de
Benedict Anderson, Les Bannières de la révolte


Yves Citton - Démontage de l’Université, guerre des évaluations et luttes de classes

à propos de
Christopher Newfield, Unmaking the Public University
Guillaume Sibertin-Blanc et Stéphane Legrand, Esquisse d’une contribution à la critique de l’économie des savoirs
Oskar Negt, L’Espace public oppositionnel


Christopher Newfield - L’Université et la revanche des «élites» aux États-Unis

Antonella Corsani, Sophie Poirot-Delpech, Kamel Tafer et Bernard Paulré - Le conflit des universités (janvier 2009 - ?)

Judith Revel - « N’oubliez pas d’inventer votre vie »

à propos de
Michel Foucault, Le Courage de la vérité, t. II, Le gouvernement de soi et des autres


Naomi Klein - Ca suffit : il est temps de boycotter Israël

Henry Siegman - Les mensonges d'Israël

Enzo Traverso - Le siècle de Hobsbawm

à propos de
Eric J. Hobsbawm, L’Âge des extrêmes. Histoire du court XXe siècle (1914-1991)


Yves Citton - La pharmacie d'Isabelle Stengers : politiques de l'expérimentation collective

à propos de
Isabelle Stengers, Au temps des catastrophes. Résister à la barbarie qui vient


Isabelle Stengers - Fabriquer de l'espoir au bord du gouffre

à propos de
Donna Haraway,


Serge Audier - Walter Lippmann et les origines du néolibéralisme

à propos de
Walter Lippmann, Le Public fantôme
Pierre Dardot et Christian Laval, La Nouvelle Raison du monde. Essai sur la société néolibérale


Nancy Fraser - La justice mondiale et le renouveau de la tradition de la théorie critique

Mathieu Dosse - L’acte de traduction

à propos de
Antoine Berman, L’Âge de la traduction. « La tâche du traducteur » de Walter Benjamin, un commentaire


Daniel Bensaïd - Sur le Nouveau Parti Anticapitaliste

à propos de
Jérôme Vidal, « Le Nouveau Parti Anticapitaliste, un Nouveau Parti Socialiste ? Questions à Daniel Bensaïd à la veille de la fondation du NPA », RiLi n°9


Iconographie (légende)

La RiLi a toutes ses dents !

Yves Citton - La passion des catastrophes

Marielle Macé - La critique est un sport de combat

David Harvey - Le droit à la ville

Grégory Salle - Dérives buissonières au pays du dedans

Bibliographies commentées: "L'étude des camps" et "Frontière, citoyenneté et migrations"

Jérôme Vidal PS - Le Nouveau Parti Anticapitaliste, un Nouveau Parti Socialiste ? Questions à Daniel Bensaïd à la veille de la fondation du NPA

Marc Saint-Upéry - Amérique latine : deux ou trois mondes à découvrir

à propos de
Georges Couffignal (dir.), Amérique latine. Mondialisation : le politique, l’économique, le religieux
Franck Gaudichaud (dir.), Le Volcan latino-américain. Gauches, mouvements sociaux et néolibéralisme en Amérique latine
Hervé Do Alto et Pablo Stefanoni, Nous serons des millions. Evo Morales et la gauche au pouvoir en Bolivie
Guy Bajoit, François Houtart et Bernard Duterme, Amérique latine : à gauche toute ?


Bibliographie indicative sur l'Amérique latine: Néoprantestatisme, Migrations, Revues, et Biographies présidentielles

Peter Hallward - Tout est possible

L’anthropologie sauvage

Le Comité un_visible

Thomas Boivin - Le Bédef ou l’art de se faire passer pour un petit.

Frédéric Lordon - Finance : La société prise en otage

Mahmood Mamdani - Darfour, Cour pénale internationale: Le nouvel ordre humanitaire

André Tosel - Penser le contemporain (2) Le système historico-politique de Marcel Gauchet.Du schématisme à l’incertitude

à propos de
Marcel Gauchet, L’Avènement de la démocratie, tomes I et II


« Nous sommes la gauche »

André Tosel - Article en version intégrale. Le système historico-politique de Marcel Gauchet : du schématisme a l’incertitude.

à propos de
Marcel Gauchet,


Paul-André Claudel - Les chiffonniers du passé. Pour une approche archéologique des phénomènes littéraires

à propos de
Laurent Olivier, Le Sombre Abîme du temps. Mémoire et archéologie


Nous ne sommes pas des modèles d’intégration

Claire Saint-Germain - Le double discours de la réforme de l’école

Yann Moulier Boutang - Le prisme de la crise des subprimes :la seconde mort de Milton Friedman

Giuseppe Cocco - Le laboratoire sud-américain

à propos de
Marc Saint-Upéry, Le Rêve de Bolivar. Le défi des gauches sud-américaines


Emir Sader - Construire une nouvelle hégémonie

Maurizio Lazzarato - Mai 68, la « critique artiste » et la révolution néolibérale

à propos de
Luc Boltanski et Ève Chiapello, Le Nouvel Esprit du capitalisme


Carl Henrik Fredriksson - La re-transnationalisation de la critique littéraire

Harry Harootunian - Surplus d’histoires, excès de mémoires

à propos de
Enzo Traverso, Le Passé, modes d’emploi. Histoire, mémoire, politique


Stephen Bouquin - La contestation de l’ordre usinier ou les voies de la politique ouvrière

à propos de
Xavier Vigna, L’Insubordination ouvrière dans les années 68. Essai d’histoire politique des usines


Jérôme Vidal - La compagnie des Wright

Nicolas Hatzfeld, Xavier Vigna, Kristin Ross, Antoine Artous, Patrick Silberstein et Didier Epsztajn - Mai 68 : le débat continue

à propos de
Xavier Vigna, « Clio contre Carvalho. L’historiographie de 68 », publié dans la RILI n° 5


Nicolas Hatzfeld - L’insubordination ouvrière, un incontournable des années 68

à propos de
Xavier Vigna, L’Insubordination ouvrière dans les années 68. Essai d’histoire politique des usines


Thierry Labica - L’Inde, ou l’utopie réactionnaire

à propos de
Roland Lardinois, L’Invention de l’Inde. Entre ésotérisme et science


Christophe Montaucieux - Les filles voilées peuvent-elles parler ?

à propos de
Ismahane Chouder, Malika Latrèche et Pierre Tevanian, Les Filles voilées parlent


Yves Citton et Philip Watts - gillesdeleuzerolandbarthes.

à propos de
Les cours de Gilles Deleuze en ligne
François Dosse, Gillesdeleuzefélixguattari. Biographie croisée
Roland Barthes, Le Discours amoureux. Séminaire de l’École pratique des hautes études


Journal d’Orville Wright, 1902 / 1903

Yves Citton - Il faut défendre la société littéraire

à propos de
Jacques Bouveresse, La Connaissance de l’écrivain. Sur la littérature, la vérité et la vie
Tzvetan Todorov, La Littérature en péril
Pierre Piret (éd.), La Littérature à l’ère de la reproductibilité technique. Réponses littéraires aux nouveaux dispositifs représentatifs créés par les médias modernes
Emmanuel Le Roy Ladurie, Jacques Berchtold & Jean-Paul Sermain, L’Événement climatique et ses représentations (xviie – xixe siècles)


Marc Escola - Voir de loin. Extension du domaine de l'histoire littéraire

à propos de
Franco Moretti, Graphes, cartes et arbres. Modèles abstraits pour une autre histoire de la littérature


Xavier Vigna - Clio contre Carvalho. L'historiographie de 68

à propos de
Antoine Artous, Didier Epstajn et Patrick Silberstein (coord.), La France des années 68
Serge Audier, La Pensée anti-68
Philippe Artières et Michelle Zancarini-Fournel (dir.), 68, une histoire collective
Dominique Damamme, Boris Gobille, Frédérique Matonti et Bernard Pudal, Mai-juin 68


Peter Hallward - L'hypothèse communiste d'Alain Badiou

à propos de
Alain Badiou, De Quoi Sarkozy est-il le nom ? Circonstances, 4


François Cusset - Le champ postcolonial et l'épouvantail postmoderne

à propos de
Jean-Loup Amselle, L’Occident décroché. Enquête sur les postcolonialismes


Warren Montag - Sémites, ou la fiction de l’Autre

à propos de
Gil Anidjar, Semites : Race, Religion, Literature


Alain de Libera - Landerneau terre d'Islam

Frédéric Neyrat - Géo-critique du capitalisme

à propos de
David Harvey, Géographie de la domination


Les « temps nouveaux », le populisme autoritaire et l’avenir de la gauche. Détour par la Grande-Bretagne

à propos de
Stuart Hall, Le Populisme autoritaire. Puissance de la droite et impuissance de la gauche au temps du thatchérisme et du blairisme


Artistes invités dans ce numéro

Elsa Dorlin - Donna Haraway: manifeste postmoderne pour un féminisme matérialiste

à propos de
Donna Haraway, Manifeste cyborg et autres essais


François Héran - Les raisons du sex-ratio

à propos de
Éric Brian et Marie Jaisson, Le Sexisme de la première heure :


Michael Hardt - La violence du capital

à propos de
Naomi Klein, The Shock Doctrine


Giorgio Agamben et Andrea Cortellessa - Le gouvernement de l'insécurité

Cécile Vidal - La nouvelle histoire atlantique: nouvelles perspectives sur les relations entre l’Europe, l’Afrique et les Amériques du xve au xixe siècle

à propos de
John H. Elliott, Empires of the Atlantic World
John H. Elliott, Imperios del mundo atlántico


Antonio Mendes - A bord des Négriers

à propos de
Marcus Rediker, The Slave Ship. A Human History


Nicolas Hatzfeld - 30 ans d'usine

à propos de
Marcel Durand, Grain de sable sous capot. Résistance et contre-culture ouvrière


Charlotte Nordmann - La philosophie à l'épreuve de la sociologie

à propos de
Louis Pinto, La vocation et le métier de philosophe


Enzo Traverso - Allemagne nazie et Espagne inquisitoriale. Le comparatisme historique de Christiane Stallaert

à propos de
Christiane Stallaert, Ni Una Gota De Sangre Impura


Stéphane Chaudier - Proust et l'antisémitisme

à propos de
Alessandro Piperno, Proust antijuif


Artistes invités dans ce numéro

Enzo Traverso - Interpréter le fascisme

à propos de
George L. Mosse, Zeev Sternhell, Emilio Gentile,


Guillermina Seri - Terreur, réconciliation et rédemption : politiques de la mémoire en Argentine

Daniel Bensaïd - Et si on arrêtait tout ? "L'illusion sociale" de John Holloway et de Richard Day

à propos de
John Holloway, Changer le monde sans prendre le pouvoir
Richard Day, Gramsci is dead


Chantal Mouffe - Antagonisme et hégémonie. La démocratie radicale contre le consensus néolibéral

Slavoj Zizek - La colère, le ressentiment et l’acte

à propos de
Peter Sloterdijk, Colère et Temps


Isabelle Garo - Entre démocratie sauvage et barbarie marchande

Catherine Deschamps - Réflexions sur la condition prostituée

à propos de
Lilian Mathieu, La Condition prostituée


Yves Citton - Pourquoi punir ? Utilitarisme, déterminisme et pénalité (Bentham ou Spinoza)

à propos de
Xavier Bébin, Pourquoi punir ?


Jérôme Vidal - Les formes obscures de la politique, retour sur les émeutes de novembre 2005

à propos de
Gérard Mauger, L’Émeute de novembre 2005 : une révolte protopolitique


Artistes invités dans ce numéro

Judith Butler - « Je suis l’une des leurs, voilà tout » : Hannah Arendt, les Juifs et les sans-état

à propos de
Hannah Arendt, The Jewish Writings


Christian Laval - Penser le néolibéralisme

à propos de
Wendy Brown, Les Habits neufs de la politique mondiale


Yves Citton - Projectiles pour une politique postradicale

à propos de
Bernard Aspe, L’Instant d’après. Projectiles pour une politique à l’état naissant
David Vercauteren, Micropolitiques des groupes. Pour une écologie des pratiques collectives


Philippe Pignarre - Au nom de la science

à propos de
Sonia Shah , Cobayes humains


Jérôme Vidal - Gérard Noiriel et la République des « intellectuels »

à propos de
Gérard Noiriel, Les Fils maudits de la République


Marc Escola - Les fables théoriques de Stanley Fish

à propos de
Stanley Fish, Quand lire c’est faire, L’autorité des communautés interprétatives


Artistes invités dans ce numéro

Philippe Minard - Face au détournement de l’histoire

à propos de
Jack Goody, The Theft of History


Vive la pensée vive !

Yves Citton - Éditer un roman qui n’existe pas

à propos de
Jean Potocki, Manuscrit trouvé à Saragosse


Frédéric Neyrat - à l’ombre des minorités séditieuses

à propos de
Arjun Appadurai, Géographie de la colère : La violence à l’âge de la globalisation


Frédéric Neyrat - Avatars du mobile explosif

à propos de
Mike Davis, Petite histoire de la voiture piégée


Thierry Labica et Fredric Jameson - Le grand récit de la postmodernité

à propos de
Fredric Jameson, Le Postmodernisme ou la logique culturelle du capitalisme tardif
Fredric Jameson, La Totalité comme complot


Alberto Toscano - L’anti-anti-totalitarisme

à propos de
Michael Scott Christofferson, French Intellectuals Against the Left


Jérôme Vidal - Silence, on vote : les «intellectuels» et le Parti socialiste

Artistes invités dans ce numéro