Accueil | Qui sommes-nous? | Numéros parus | Se procurer la RiLi | S'abonner | Newsletter | Contacts | Liens | La toile de la RiLi

L’Université et la revanche des «élites» aux États-Unis

par Christopher Newfield

À l’heure où l’on chante les vertus de « l’économie de la connaissance », les États-Unis viennent de produire la première génération à être moins bien éduquée que la précédente. Christopher Newfield analyse ici en historien les causes et les enjeux de ce phénomène et nous propose ainsi une petite histoire de la revanche des « élites » sur les processus de démocratisation amorcés dans le passé.

Le retour Hoover

Depuis des années, le capital financier et l’économie prise dans son ensemble sont considérés aux États-Unis comme les objets d’un savoir détenu par ceux qui ont accompli le parcours des études supérieures. Le capital financier a accueilli en son sein des décamillionnaires et des multimilliardaires désireux de rendre la pareille à l’Université, et donc à l’économie de la connaissance qui les a forgés : les empereurs du logiciel, les souveraines d’eBay, les rois de la pharmaceutique, les pharaons des fonds spéculatifs – tous si transcendentalement riches.
Il a été exigé de l’Université qu’elle trouve sa place au sein d’une forme de capitalisme qui avait temporairement fusionné deux versions d’elle-même. La première version correspond à l’industrialisme du XIXe siècle, aujourd’hui avec l’exploitation de milliards de Chinois, la plus parfaite armée de réserve de chômeurs de l’histoire. Ces « usines noires et sataniques » (« dark satanic mills  ») ont permis un taux de croissance élevé du niveau de revenu national de l’ordre de 5 cents pour chaque dollar touché aux États-Unis ou dans l’Union européenne. La seconde version du capitalisme, contemporaine, est l’« économie de la connaissance » du XXe siècle, baptisée ainsi à l’occasion du boom des recherches gouvernementales militaires dans les années 1950. L’archétype est ici le laboratoire bouillonnant de talents, capable de produire un taux de croissance élevé du niveau de revenu national, bien supérieur au taux de croissance cumulé de 2,5 % par an auquel nous avaient habitué les systèmes capitalistes depuis 1750.
Il y a une sorte de tension étrange entre ces deux faces du système capitaliste supposément mondialisé. L’une est riche et l’autre est pauvre, et en trente ans, la faille séparant le Nord du Sud s’est à peine comblée (et s’est même élargie si on ne tient pas compte de la Chine). Rajoutons que, dans l’un de ces mondes, le travail est toujours resté enchaîné – quoique toujours résistant et rebelle –, les gains économiques et la mobilité sociale étant réservée, en Chine, à l’élite côtière. En revanche, on peut dire que, dans l’autre monde, le « travail de la connaissance » s’est vraiment libéré. De manière plus surprenante, la théorie de l’économie de la connaissance implique que, pour que les travailleurs de la connaissance soient capables de créer leur haute valeur ajoutée, leur travail doit être libre. L’innovation intellectuelle suppose que le travailleur de la connaissance soit autorisé à hésiter, à changer d’avis, à ressasser, à rêvasser, à fantasmer et à suivre ses impulsions personnelles et ses instincts où qu’ils le guident – quoi que puisse par ailleurs faire le business par la suite pour museler cette connaissance. La solution à cette contradiction entre travail libéré et travail paupérisé fut la finance elle-même. Grâce à la dérégulation, le capital financier est devenu bien plus mobile que le travail, les infrastructures (les usines, les bureaux, les laboratoires) ou même que les idées, qui sont rares, peu maniables, et ont plus tendance à disparaître qu’à être transportées. À travers la concentration, en grande partie aidée par une petite frange de l’élite des universités privées américaines, qui éduquent 1 % des quelque 17 millions d’étudiants aux États-Unis, les décisions financières se sont retrouvées concentrées dans les mains d’un petit groupe homogène de leaders financiers prudemment socialisés. Les travailleurs de la connaissance n’ont aucun contrôle sur l’usage qui est fait de leurs idées. L’invention et l’investissement habitent des mondes précautionneusement séparés. Dans l’industrie elle-même, les espaces d’invention institutionnels – les grands laboratoires industriels de AT&T, Xerox, IBM de l’âge d’or de l’après-guerre – ont été mis en pièces et redistribués dans différents services et sous différents contrôles hiérarchiques. Au tournant de ce siècle, le travail de connaissance sur la culture et la société a été relégué à la périphérie, tandis que le travail de connaissance sur la science s’est fait une place sur le marché. Cette connaissance est alors jugée, même si elle n’est pas encore sortie du laboratoire universitaire, sur sa capacité à trouver des partenaires industriels et à trouver des débouchés rentables.

À l’automne 2008, le pouvoir décisionnaire de la finance a été potentiellement mis en danger quand son monde d’investissements fictifs s’est écroulé. Mais les chefs du secteur financier réalisèrent alors qu’au lieu d’une défaite totale, ils étaient sur le point de remporter leur plus grande victoire. Pour gagner, il leur faudrait non seulement prendre en otage les propriétaires fonciers endettés, les retraités de l’industrie automobile ou de certaines manufactures, les gouvernements et les secteurs qui y sont liés, autrefois solides mais progressivement détruits au cours des dernières décennies. Il leur faudrait effectivement prendre en otage l’économie de toute la planète. Obliger les gouvernements des pays riches à les renflouer. Emprunter de l’argent et investir, oui, mais à la condition que la plus grande partie de l’argent vienne du public. La finance s’est concentrée sur le plus économiquement instable et le plus psychologiquement fragile de ces pays, les États-Unis. En six mois, ils ont récupéré tout l’argent du pays – soit à peu près 14 000 milliards de dollars en investissements directs, en prêts, en obligations d’assurance, c’est-à-dire l’équivalent du revenu national en un an. Pendant ce temps, les États et les régions licencièrent d’un coup des centaines d’enseignants, firent des coupes claires dans les budgets de la santé, de l’aide aux handicapés et des universités publiques. La finance a orchestré le nouvel avènement de Herbert Hoover, fils de Hoover, Hoover le second.

Pour une massification de qualité

Comparé au capitalisme financier, le communisme est la meilleure chose qui soit arrivée aux pays « occidentaux ». Non parce que les universités de l’ancien bloc communiste étaient très bonnes – bien au contraire – mais parce que le communisme a culpabilisé le bloc occidental et l’a amené, sur le long terme, à envoyer ses masses à l’Université. Aux États-Unis, les études supérieures pour tous furent le plus grand programme d’aide sociale de l’histoire du pays. Les aides publiques ont permis d’augmenter de 78 % les inscriptions à l’Université dans les années 1940 et de 120 % dans les années 1960. Dans les trois décennies qui suivirent l’après-guerre, les inscriptions dans les universités publiques sont passées de 50 à 80 % du nombre total d’inscriptions à l’Université. Les États-Unis ont pendant plusieurs années détenu le meilleur taux de réussite aux diplômes, la force de travail scientifique la plus grande et la plus compétente, les meilleurs enseignants, les meilleurs mécaniciens, les meilleurs travailleurs sociaux ou encore les meilleures infirmières. Ce qui nous a tous fait avancer ensemble. Pour une telle société, tout est possible. La pauvre Europe, dévastée par la guerre, avait d’autres priorités, mais, en France et en Allemagne par exemple, les universités appliquaient les mêmes principes d’égalité, partout, qu’elles soient grandes ou petites, qu’elles soient d’importance nationale ou régionale, qu’elles soient au centre ou à la périphérie.

Dès les années 1960, un premier pas a été accompli : la massification. Le second, la massification de la qualité, n’a été qu’amorcé. Non seulement tout le monde va à l’Université, mais à tout le monde a le droit à ce qu’il y a de meilleur.
Cette seconde étape a presque été accomplie dans certaines régions et certains lieux – l’université de Californie à Berkeley avait plus de départements obtenant la meilleure note que Harvard en 1964. Mais la guerre froide a pris fin, et avec elle la pression exercée sur l’Europe et les États-Unis pour améliorer les esprits, les capacités et les vies de leurs propres populations. Il n’existait plus de principe de qualité ou développement général autre que la richesse. Nourris par le spectre du communisme et l’idée d’une société développée pour tous, les États-Unis purent accomplir leur destinée de nation philistine. Sans l’imposition d’un standard de qualité pour la masse, les élites empêchèrent le passage à la seconde étape. Depuis vingt ans, la règle a été la suivante : le meilleur est réservé aux « meilleurs ». Les résultats sont là : les États-Unis viennent de produire la première génération à être moins bien éduquée que la précédente. Le sommet de la société américaine – les 5 %, 1 %, 0,1 %, 0,01 % – n’en a vraiment rien à faire. Au cours de ces vingt dernières années, ils sont devenus incroyablement plus riches, en employant sur toute la planète des cerveaux bon marché et de la main-d’œuvre sans papiers, tout en sélectionnant quelques rares diplômés de l’Ivy League qu’ils peuvent se permettre de payer plusieurs centaines de milliers ou de millions de dollars par an. Il est clair que l’idée qu’une bonne société se fonde sur l’accès universel aux études supérieures leur est royalement indifférente. Ils ont toujours été agacés, voire incommodés, par les masses bêcheuses qui, grâce aux universités, n’étaient plus seulement présentes dans les usines et dans les champs, mais également à la municipalité, dans les agences environnementales, dans les irritantes ONG, dans les salles de rédaction des grandes villes, dans les associations de propriétaires, dans les centres d’aide juridique pour les gays et les lesbiennes, dans les centres médico-sociaux ou dans les associations de défense des droits des immigrés. Partout où vous regardiez, les diplômés de l’Université se comportaient comme s’ils savaient de quoi il retournait, pouvaient être aux commandes, et même, devaient être aux commandes. La connaissance se retrouvait sur le siège du conducteur, et l’argent, la propriété et les réseaux sur le point de devoir négocier avec elle. Voilà qui était en fin de compte tout à fait inacceptable, et les budgets des centres de connaissances ont ainsi été systématiquement sabrés.

Les États-Unis ont été autrefois la première des sociétés de la connaissance ; la part publique dans les études supérieures y avait néanmoins reculé de 30 ans en 2005. Des systèmes majeurs comme l’université de Californie ont perdu 40 % de leur budget en 20 ans. Ce schéma est généralisé, implacable, inchangé, systématique, et obscur pour ces victimes – en premier lieu les étudiants – qui n’ont pas su le reconnaître avant qu’il soit trop tard. Ce schéma contredit catégoriquement l’assertion selon laquelle nous vivons dans une économie de la connaissance où notre seule chance de succès réside dans le fait de transformer des populations entières en travailleurs de la connaissance, bon marché et stratifiés, à l’instar de l’économie industrielle.
Réduire les universités publiques à la mendicité constitue une entreprise centrale dans la transformation délibérée des citoyens d’Occident en clients démoralisés et à bas prix de nos sociétés « post-démocratiques ».



Christopher Newfield
Christopher Newfield est professeur de littérature à l'université de Californie (Santa Barbara). Il a notamment publié The Emerson Effect: Individualism and Submission in America ; et Ivy and Industry: Business and the Making of the American University, 1880-1980.
Pour citer cet article : Christopher Newfield, « L’Université et la revanche des «élites» aux États-Unis », in La Revue Internationale des Livres et des Idées, 29/09/2009, url: http://www.revuedeslivres.net/articles.php?idArt=343
Rechercher :
Espace abonnés
Mot de passe oublié ?
Rili, Numéro 11, mai-juin 2009

Numéro 11

mai-juin 2009


Jean-François Mouhot - Du nouveau sous le Soleil. Une histoire environnementale du xxe siècle

à propos de
John McNeill, Something New Under the Sun


Caroline Douki - No Man’s Langue. Vie et mort de la lingua franca méditerranéenne

à propos de
Jocelyne Dakhlia, Lingua franca. Histoire d’une langue métisse en Méditerrannée


Pierre Rousset - Au temps de la première altermondialisation. Anarchistes et militants anticoloniaux à la fin du xixe siècle

à propos de
Benedict Anderson, Les Bannières de la révolte


Jean-Baptiste Meyer - Les nouveaux Argonautes. La circulation des compétences dans une ère de turbulences

à propos de
AnnaLee Saxenian, The New Argonauts : Regional Advantage in a Global Economy


Yves Citton - Démontage de l’Université, guerre des évaluations et luttes de classes

à propos de
Christopher Newfield, Unmaking the Public University
Guillaume Sibertin-Blanc et Stéphane Legrand, Esquisse d’une contribution à la critique de l’économie des savoirs
Oskar Negt, L’Espace public oppositionnel


Christopher Newfield - L’Université et la revanche des «élites» aux États-Unis

Travail du temps (souvenir de Sandycove)

Antonella Corsani, Sophie Poirot-Delpech, Kamel Tafer et Bernard Paulré - Le conflit des universités (janvier 2009 - ?)

Éric Bordas - Balzac, grand romancier du Pacs

à propos de
Michael Lucey, Les Ratés de la famille. Balzac et les formes sociales de la sexualité


Giovanna Zapperi - Métamorphoses du féminin

à propos de
Anne Creissels, Prêter son corps au mythe. Le féminin et l’art contemporain


Judith Revel - « N’oubliez pas d’inventer votre vie »

à propos de
Michel Foucault, Le Courage de la vérité, t. II, Le gouvernement de soi et des autres


Version intégrale de : Le Hegel husserliannisé d’Axel Honneth. Réactualiser la philosophie hégélienne du droit

à propos de
Axel Honneth, Les pathologies de la liberté. Une réactualisation de la philosophie du droit de Hegel




Articles en accès libre

Yves Citton - Foules, nombres, multitudes : qu'est-ce qu'agir ensemble ?

à propos de
Collectif, Local Contemporain n°5
Thomas Berns, Gouverner sans gouverner. Une archéologie politique de la statistique
Pascal Nicolas-Le Strat, Expérimentations politiques
Pascal Nicolas-Le Strat, Moments de l'expérimentation


Philippe Minard - « À bas les mécaniques ! »: du luddisme et de ses interprétations

à propos de
François Jarrige, Au temps des "tueuses à bras". Les bris de machines à l'aube de l'ère industrielle (1780-1860)


Jérôme Vidal - La dernière « intox »
de l’industrie atomique :
le nucléaire, une énergie propre et sûre

à propos de
À propos de Frédéric Marillier, EPR. L’impasse nucléaire,


Charlotte Nordmann - Insoutenable nucléaire

à propos de
À propos de Laure Noualhat, Déchets, le cauchemar du nucléaire,


A l'attention de nos lecteurs et abonnés

La Revue internationale des Livres et des Idées reparaît en septembre !

"Penser à gauche. Figures de la pensée critique" en librairie

Jean-Numa Ducange - Editer Marx et Engels en France : mission impossible ?

à propos de
Miguel Abensour et Louis Janover, Maximilien Rubel, pour redécouvrir Marx
Karl Marx, Le Capital


J. R. McNeill - La fin du monde est-elle vraiment pour demain ?

à propos de
Jared Diamon, Effondrement. Comment les sociétés décident de leur disparition ou de leur survie


Antonio Negri - Produire le commun. Entretien avec Filippo Del Lucchese et Jason E. Smith

Alfredo Gomez-Muller - Les luttes des "indigènes en Bolivie : un renouveau du socialisme ?

Arne Næss et la deep ecology: aux sources de l'inquiétude écologiste

Comment vivons-nous ? Décroissance, "allures de vie" et expérimentation politique. Entretien avec Charlotte Nordmann et Jérôme Vidal

Giovanna Zapperi - Neutraliser le genre ?

à propos de
Camille Morineau, L'adresse du politique


Politiques du spectateur

Partha Chatterjee - L’Inde postcoloniale ou la difficile invention d’une autre modernité

Le climat de l’histoire: quatre thèses

Alice Le Roy - Écoquartier, topos d’une écopolitique ?

Jérôme Vidal et Charlotte Nordmann - J’ai vu « l’Esprit du monde », non pas sur un cheval, mais sur un nuage radioactif : il avait le visage d’Anne Lauvergeon1 (à la veille du sommet de l’ONU sur les changements climatiques)

Charlotte Nordmann et Bernard Laponche - Entre silence et mensonge. Le nucléaire, de la raison d’état au recyclage « écologique »

Jérôme Ceccaldi - Quelle école voulons-nous?

Yves Citton - Beautés et vertus du faitichisme

Marie Cuillerai - Le tiers-espace, une pensée de l’émancipation

Tiphaine Samoyault - Traduire pour ne pas comparer

Sylvie Thénault - Les pieds-rouges, « gogos » de l’indépendance de l’Algérie ?

Michael Löwy - Theodor W. Adorno, ou le pessimisme de la raison

Daniel Bensaïd - Une thèse à scandale : La réaction philosémite à l’épreuve d’un juif d’étude

Bourdieu, reviens : ils sont devenus fous ! La gauche et les luttes minoritaires

Samuel Lequette - Prigent par lui-même – Rétrospections, anticipations, contacts

Laurent Folliot - Browning, poète nécromant

David Macey - Le « moment » Bergson-Bachelard

Hard Times. Histoires orales de la Grande Dépression (extrait 2: Evelyn Finn)

La traversée des décombres

à propos de
Bruno Tackels, Walter Benjamin. Une vie dans les textes


Delphine Moreau - De qui se soucie-t-on ? Le care comme perspective politique

Hard Times. Histoires orales de la Grande Dépression (extrait 1: Clifford Burke)

Thomas Coutrot - La société civile à l’assaut du capital ?

Anselm Jappe - Avec Marx, contre le travail

à propos de
Moishe Postone, Temps, travail et domination sociale
Isaac I. Roubine, Essais sur la théorie de la valeur de Marx


L'histoire du Quilt

Jacques Rancière - Critique de la critique du « spectacle »

Yves Citton - Michael Lucey, ou l'art de lire entre les lignes

à propos de
Michael Lucey, Les Ratés de la famille.


Wendy Brown - Souveraineté poreuse, démocratie murée

Marc Saint-Upéry - Y a-t-il une vie après le postmarxisme ?

à propos de
Ernesto Laclau et Chantal Mouffe, Hégémonie et stratégie socialiste


Razmig Keucheyan - Les mutations de la pensée critique

à propos de
Göran Therborn, From Marxism to Postmarxism?


Yves Citton et Frédéric Lordon - La crise, Keynes et les « esprits animaux »

à propos de
George A. Akerlof et Robert J. Shiller , Animal Spirits


Yves Citton - La crise, Keynes et les « esprits animaux »

à propos de
A. Akerlof et Robert J. Shiller, Animal Spirits
John Maynard Keynes, Théorie générale de l’emploi, de l’intérêt et de la monnaie


Version intégrale de : Le Hegel husserliannisé d’Axel Honneth. Réactualiser la philosophie hégélienne du droit

à propos de
Axel Honneth, Les pathologies de la liberté. Une réactualisation de la philosophie du droit de Hegel


Caroline Douki - No Man’s Langue. Vie et mort de la lingua franca méditerranéenne

à propos de
Jocelyne Dakhlia, Lingua franca. Histoire d’une langue métisse en Méditerrannée


Pierre Rousset - Au temps de la première altermondialisation. Anarchistes et militants anticoloniaux à la fin du xixe siècle

à propos de
Benedict Anderson, Les Bannières de la révolte


Yves Citton - Démontage de l’Université, guerre des évaluations et luttes de classes

à propos de
Christopher Newfield, Unmaking the Public University
Guillaume Sibertin-Blanc et Stéphane Legrand, Esquisse d’une contribution à la critique de l’économie des savoirs
Oskar Negt, L’Espace public oppositionnel


Christopher Newfield - L’Université et la revanche des «élites» aux États-Unis

Antonella Corsani, Sophie Poirot-Delpech, Kamel Tafer et Bernard Paulré - Le conflit des universités (janvier 2009 - ?)

Judith Revel - « N’oubliez pas d’inventer votre vie »

à propos de
Michel Foucault, Le Courage de la vérité, t. II, Le gouvernement de soi et des autres


Naomi Klein - Ca suffit : il est temps de boycotter Israël

Henry Siegman - Les mensonges d'Israël

Enzo Traverso - Le siècle de Hobsbawm

à propos de
Eric J. Hobsbawm, L’Âge des extrêmes. Histoire du court XXe siècle (1914-1991)


Yves Citton - La pharmacie d'Isabelle Stengers : politiques de l'expérimentation collective

à propos de
Isabelle Stengers, Au temps des catastrophes. Résister à la barbarie qui vient


Isabelle Stengers - Fabriquer de l'espoir au bord du gouffre

à propos de
Donna Haraway,


Serge Audier - Walter Lippmann et les origines du néolibéralisme

à propos de
Walter Lippmann, Le Public fantôme
Pierre Dardot et Christian Laval, La Nouvelle Raison du monde. Essai sur la société néolibérale


Nancy Fraser - La justice mondiale et le renouveau de la tradition de la théorie critique

Mathieu Dosse - L’acte de traduction

à propos de
Antoine Berman, L’Âge de la traduction. « La tâche du traducteur » de Walter Benjamin, un commentaire


Daniel Bensaïd - Sur le Nouveau Parti Anticapitaliste

à propos de
Jérôme Vidal, « Le Nouveau Parti Anticapitaliste, un Nouveau Parti Socialiste ? Questions à Daniel Bensaïd à la veille de la fondation du NPA », RiLi n°9


Iconographie (légende)

La RiLi a toutes ses dents !

Yves Citton - La passion des catastrophes

Marielle Macé - La critique est un sport de combat

David Harvey - Le droit à la ville

Grégory Salle - Dérives buissonières au pays du dedans

Bibliographies commentées: "L'étude des camps" et "Frontière, citoyenneté et migrations"

Jérôme Vidal PS - Le Nouveau Parti Anticapitaliste, un Nouveau Parti Socialiste ? Questions à Daniel Bensaïd à la veille de la fondation du NPA

Marc Saint-Upéry - Amérique latine : deux ou trois mondes à découvrir

à propos de
Georges Couffignal (dir.), Amérique latine. Mondialisation : le politique, l’économique, le religieux
Franck Gaudichaud (dir.), Le Volcan latino-américain. Gauches, mouvements sociaux et néolibéralisme en Amérique latine
Hervé Do Alto et Pablo Stefanoni, Nous serons des millions. Evo Morales et la gauche au pouvoir en Bolivie
Guy Bajoit, François Houtart et Bernard Duterme, Amérique latine : à gauche toute ?


Bibliographie indicative sur l'Amérique latine: Néoprantestatisme, Migrations, Revues, et Biographies présidentielles

Peter Hallward - Tout est possible

L’anthropologie sauvage

Le Comité un_visible

Thomas Boivin - Le Bédef ou l’art de se faire passer pour un petit.

Frédéric Lordon - Finance : La société prise en otage

Mahmood Mamdani - Darfour, Cour pénale internationale: Le nouvel ordre humanitaire

André Tosel - Penser le contemporain (2) Le système historico-politique de Marcel Gauchet.Du schématisme à l’incertitude

à propos de
Marcel Gauchet, L’Avènement de la démocratie, tomes I et II


« Nous sommes la gauche »

André Tosel - Article en version intégrale. Le système historico-politique de Marcel Gauchet : du schématisme a l’incertitude.

à propos de
Marcel Gauchet,


Paul-André Claudel - Les chiffonniers du passé. Pour une approche archéologique des phénomènes littéraires

à propos de
Laurent Olivier, Le Sombre Abîme du temps. Mémoire et archéologie


Nous ne sommes pas des modèles d’intégration

Claire Saint-Germain - Le double discours de la réforme de l’école

Yann Moulier Boutang - Le prisme de la crise des subprimes :la seconde mort de Milton Friedman

Giuseppe Cocco - Le laboratoire sud-américain

à propos de
Marc Saint-Upéry, Le Rêve de Bolivar. Le défi des gauches sud-américaines


Emir Sader - Construire une nouvelle hégémonie

Maurizio Lazzarato - Mai 68, la « critique artiste » et la révolution néolibérale

à propos de
Luc Boltanski et Ève Chiapello, Le Nouvel Esprit du capitalisme


Carl Henrik Fredriksson - La re-transnationalisation de la critique littéraire

Harry Harootunian - Surplus d’histoires, excès de mémoires

à propos de
Enzo Traverso, Le Passé, modes d’emploi. Histoire, mémoire, politique


Stephen Bouquin - La contestation de l’ordre usinier ou les voies de la politique ouvrière

à propos de
Xavier Vigna, L’Insubordination ouvrière dans les années 68. Essai d’histoire politique des usines


Jérôme Vidal - La compagnie des Wright

Nicolas Hatzfeld, Xavier Vigna, Kristin Ross, Antoine Artous, Patrick Silberstein et Didier Epsztajn - Mai 68 : le débat continue

à propos de
Xavier Vigna, « Clio contre Carvalho. L’historiographie de 68 », publié dans la RILI n° 5


Nicolas Hatzfeld - L’insubordination ouvrière, un incontournable des années 68

à propos de
Xavier Vigna, L’Insubordination ouvrière dans les années 68. Essai d’histoire politique des usines


Thierry Labica - L’Inde, ou l’utopie réactionnaire

à propos de
Roland Lardinois, L’Invention de l’Inde. Entre ésotérisme et science


Christophe Montaucieux - Les filles voilées peuvent-elles parler ?

à propos de
Ismahane Chouder, Malika Latrèche et Pierre Tevanian, Les Filles voilées parlent


Yves Citton et Philip Watts - gillesdeleuzerolandbarthes.

à propos de
Les cours de Gilles Deleuze en ligne
François Dosse, Gillesdeleuzefélixguattari. Biographie croisée
Roland Barthes, Le Discours amoureux. Séminaire de l’École pratique des hautes études


Journal d’Orville Wright, 1902 / 1903

Yves Citton - Il faut défendre la société littéraire

à propos de
Jacques Bouveresse, La Connaissance de l’écrivain. Sur la littérature, la vérité et la vie
Tzvetan Todorov, La Littérature en péril
Pierre Piret (éd.), La Littérature à l’ère de la reproductibilité technique. Réponses littéraires aux nouveaux dispositifs représentatifs créés par les médias modernes
Emmanuel Le Roy Ladurie, Jacques Berchtold & Jean-Paul Sermain, L’Événement climatique et ses représentations (xviie – xixe siècles)


Marc Escola - Voir de loin. Extension du domaine de l'histoire littéraire

à propos de
Franco Moretti, Graphes, cartes et arbres. Modèles abstraits pour une autre histoire de la littérature


Xavier Vigna - Clio contre Carvalho. L'historiographie de 68

à propos de
Antoine Artous, Didier Epstajn et Patrick Silberstein (coord.), La France des années 68
Serge Audier, La Pensée anti-68
Philippe Artières et Michelle Zancarini-Fournel (dir.), 68, une histoire collective
Dominique Damamme, Boris Gobille, Frédérique Matonti et Bernard Pudal, Mai-juin 68


Peter Hallward - L'hypothèse communiste d'Alain Badiou

à propos de
Alain Badiou, De Quoi Sarkozy est-il le nom ? Circonstances, 4


François Cusset - Le champ postcolonial et l'épouvantail postmoderne

à propos de
Jean-Loup Amselle, L’Occident décroché. Enquête sur les postcolonialismes


Warren Montag - Sémites, ou la fiction de l’Autre

à propos de
Gil Anidjar, Semites : Race, Religion, Literature


Alain de Libera - Landerneau terre d'Islam

Frédéric Neyrat - Géo-critique du capitalisme

à propos de
David Harvey, Géographie de la domination


Les « temps nouveaux », le populisme autoritaire et l’avenir de la gauche. Détour par la Grande-Bretagne

à propos de
Stuart Hall, Le Populisme autoritaire. Puissance de la droite et impuissance de la gauche au temps du thatchérisme et du blairisme


Artistes invités dans ce numéro

Elsa Dorlin - Donna Haraway: manifeste postmoderne pour un féminisme matérialiste

à propos de
Donna Haraway, Manifeste cyborg et autres essais


François Héran - Les raisons du sex-ratio

à propos de
Éric Brian et Marie Jaisson, Le Sexisme de la première heure :


Michael Hardt - La violence du capital

à propos de
Naomi Klein, The Shock Doctrine


Giorgio Agamben et Andrea Cortellessa - Le gouvernement de l'insécurité

Cécile Vidal - La nouvelle histoire atlantique: nouvelles perspectives sur les relations entre l’Europe, l’Afrique et les Amériques du xve au xixe siècle

à propos de
John H. Elliott, Empires of the Atlantic World
John H. Elliott, Imperios del mundo atlántico


Antonio Mendes - A bord des Négriers

à propos de
Marcus Rediker, The Slave Ship. A Human History


Nicolas Hatzfeld - 30 ans d'usine

à propos de
Marcel Durand, Grain de sable sous capot. Résistance et contre-culture ouvrière


Charlotte Nordmann - La philosophie à l'épreuve de la sociologie

à propos de
Louis Pinto, La vocation et le métier de philosophe


Enzo Traverso - Allemagne nazie et Espagne inquisitoriale. Le comparatisme historique de Christiane Stallaert

à propos de
Christiane Stallaert, Ni Una Gota De Sangre Impura


Stéphane Chaudier - Proust et l'antisémitisme

à propos de
Alessandro Piperno, Proust antijuif


Artistes invités dans ce numéro

Enzo Traverso - Interpréter le fascisme

à propos de
George L. Mosse, Zeev Sternhell, Emilio Gentile,


Guillermina Seri - Terreur, réconciliation et rédemption : politiques de la mémoire en Argentine

Daniel Bensaïd - Et si on arrêtait tout ? "L'illusion sociale" de John Holloway et de Richard Day

à propos de
John Holloway, Changer le monde sans prendre le pouvoir
Richard Day, Gramsci is dead


Chantal Mouffe - Antagonisme et hégémonie. La démocratie radicale contre le consensus néolibéral

Slavoj Zizek - La colère, le ressentiment et l’acte

à propos de
Peter Sloterdijk, Colère et Temps


Isabelle Garo - Entre démocratie sauvage et barbarie marchande

Catherine Deschamps - Réflexions sur la condition prostituée

à propos de
Lilian Mathieu, La Condition prostituée


Yves Citton - Pourquoi punir ? Utilitarisme, déterminisme et pénalité (Bentham ou Spinoza)

à propos de
Xavier Bébin, Pourquoi punir ?


Jérôme Vidal - Les formes obscures de la politique, retour sur les émeutes de novembre 2005

à propos de
Gérard Mauger, L’Émeute de novembre 2005 : une révolte protopolitique


Artistes invités dans ce numéro

Judith Butler - « Je suis l’une des leurs, voilà tout » : Hannah Arendt, les Juifs et les sans-état

à propos de
Hannah Arendt, The Jewish Writings


Christian Laval - Penser le néolibéralisme

à propos de
Wendy Brown, Les Habits neufs de la politique mondiale


Yves Citton - Projectiles pour une politique postradicale

à propos de
Bernard Aspe, L’Instant d’après. Projectiles pour une politique à l’état naissant
David Vercauteren, Micropolitiques des groupes. Pour une écologie des pratiques collectives


Philippe Pignarre - Au nom de la science

à propos de
Sonia Shah , Cobayes humains


Jérôme Vidal - Gérard Noiriel et la République des « intellectuels »

à propos de
Gérard Noiriel, Les Fils maudits de la République


Marc Escola - Les fables théoriques de Stanley Fish

à propos de
Stanley Fish, Quand lire c’est faire, L’autorité des communautés interprétatives


Artistes invités dans ce numéro

Philippe Minard - Face au détournement de l’histoire

à propos de
Jack Goody, The Theft of History


Vive la pensée vive !

Yves Citton - Éditer un roman qui n’existe pas

à propos de
Jean Potocki, Manuscrit trouvé à Saragosse


Frédéric Neyrat - à l’ombre des minorités séditieuses

à propos de
Arjun Appadurai, Géographie de la colère : La violence à l’âge de la globalisation


Frédéric Neyrat - Avatars du mobile explosif

à propos de
Mike Davis, Petite histoire de la voiture piégée


Thierry Labica et Fredric Jameson - Le grand récit de la postmodernité

à propos de
Fredric Jameson, Le Postmodernisme ou la logique culturelle du capitalisme tardif
Fredric Jameson, La Totalité comme complot


Alberto Toscano - L’anti-anti-totalitarisme

à propos de
Michael Scott Christofferson, French Intellectuals Against the Left


Jérôme Vidal - Silence, on vote : les «intellectuels» et le Parti socialiste

Artistes invités dans ce numéro