Accueil | Qui sommes-nous? | Numéros parus | Se procurer la RiLi | S'abonner | Newsletter | Contacts | Liens | La toile de la RiLi

Silence, on vote : les «intellectuels» et le Parti socialiste

par Jérôme Vidal

Le 24 avril 2002, quelques jours après le second tour de l’élection présidentielle qui vit s’affronter Jacques Chirac et Jean-Marie Le Pen, Serge Halimi et Loïc Wacquant publiaient dans The Guardian une tribune libre intitulée « The price of surrender » [La rançon de la capitulation], bientôt traduite et publiée en France sous le titre « Le prix du reniement ». Le titre de cette tribune a acquis récemment une ironie certaine : l’un de ses auteurs, Loïc Wacquant, a signé à la veille de la dernière élection présidentielle un appel à voter pour la candidate du Parti socialiste, Ségolène Royal, dont les termes représentent le reniement pur et simple de son inspiration centrale. Une capitulation en rase campagne, par laquelle le sociologue de Berkeley a rallié sans coup férir, et sans vraiment s’en expliquer, l’adversaire de naguère. Du moins n’était-il pas seul : avec lui, plusieurs dizaines d’« intellectuels et gens de culture », et non des moindres, qui auraient sans doute pu signer en 2002 sa tribune, faisaient acte d’allégeance à Ségolène Royal.




Que disaient Wacquant et Halimi à leurs lecteurs dans cet article dont la publication témoignait d’une audace dont peu firent montre au lendemain du « séisme prévisible  » de l’élection présidentielle de 2002 ? Portons-nous directement à la conclusion du texte : « Tant qu’en France et en Europe, la gauche continuera à ignorer le développement de l’insécurité sociale engendrée par la dérégulation économique, elle méritera de perdre le pouvoir. Un « pouvoir » auquel elle a cessé de croire. » Traduisons : ce ne sont pas ceux et celles qui s’efforcent d’élaborer les termes d’une politique de gauche de gauche , ce ne sont pas ceux et celles qui ont refusé de porter au premier tour leurs voix sur Lionel Jospin, le candidat du Parti socialiste, ce ne sont pas les abstentionnistes vilipendés par les commentateurs politiques et médiatiques qui sont responsables de la défaite ; ce sont le Parti socialiste et le gouvernement de Lionel Jospin qui, en se soumettant à la logique néolibérale de dérégulation et de privatisation, en déclarant leur impuissance à conduire une politique de gauche et en accordant dans le débat public une place centrale à « la lutte contre la délinquance », ont situé à droite le terrain sur lequel a été disputée l’élection présidentielle de 2002, démobilisant de la sorte les électeurs de gauche et les classes populaires. Affirmer le contraire reviendrait à prendre en otage les électeurs de gauche, à procéder à une inversion absurde des responsabilités, à leur faire porter la responsabilité des conséquences (notamment la montée de l’extrême droite) d’une politique qu’ils rejettent. Autrement dit, conformément à la logique de marché qui est celle du champ de la politique institutionnelle, Halimi et Wacquant affirmaient en la circonstance (aveuglement et surdité du Parti socialiste, impossibilité de l’instauration d’un dialogue critique avec ce parti) le droit et la nécessité d’une défection à son égard.




Il n’est sans doute pas inutile de citer plus longuement la tribune en question :

« En France, les électeurs de gauche et les fractions les plus prolétariennes de la société ont encore la possibilité de punir les candidats qui trahissent leurs engagements électoraux. Lionel Jospin avait pris l’engagement solennel de préserver le secteur public : « Je suis pour arrêter le programme de privatisation », promettait-il en 1995 lors du débat l’opposant à Jacques Chirac. Il est devenu le plus grand « privatiseur » de l’histoire de France, et il s’apprêtait à laisser basculer les chemins de fer, la Poste et EDF dans ce même système de la « concurrence » pour satisfaire les commissaires bruxellois chargés de faire régner l’ordre libéral. Jospin avait promis de renégocier le Pacte européen de stabilité qui oblige les membres signataires à mener des politiques fiscales et monétaires orthodoxes. Il l’a signé tel quel une semaine après son arrivée à Matignon. Jospin avait promis de défendre les salaires et les emplois à temps complet. Au lieu de cela, la loi sur les 35 heures s’est révélée une formidable machine à flexibiliser le travail de millions d’ouvriers et d’employés, les obligeant à travailler la nuit, les week-ends et à consentir à un gel de leur pouvoir d’achat. [...] Jospin est même devenu le premier chef d’un gouvernement de l’histoire de la gauche française à avoir réduit le niveau d’imposition des classes favorisées. »




Cette tribune peut sans doute susciter des réserves, mais le noyau argumentatif du « Prix du reniement » ne devrait pas moins convaincre aujourd’hui qu’il ne faisait hier. Comment donc expliquer le retournement (le « reniement ») en 2007 de Loïc Wacquant et de nombre de ceux qui partageaient sa conviction passée ? Le monde politique et le Parti socialiste sont-ils si différents que ces analyses aient été rendues caduques ? Intéressons-nous donc aux termes dans lesquels ce « reniement » a été formulé et « justifié ».




Le lundi 12 février 2007, Marc Abélès, Étienne Balibar, Robert Castel, Monique Chemillier-Gendreau, Yves Duroux, Françoise Héritier, Emmanuel Terray et Michel Tubiana publiaient dans Libération une longue tribune intitulée « Vaincre Sarkozy, maintenant ». Il s’agissait pour eux de définir « l’enjeu principal » et «l’adversaire principal » de l’élection présidentielle. Ils prétendaient, d’une part, fournir à leurs lecteurs égarés, à l’intelligence et au regard obscurcis par de viles considérations, la clé du chiffre de la situation électorale, et, d’autre part, dresser devant eux le portrait du péril qui les guettait et qu’ils ignoraient, et ainsi, par leur intervention, parer au désastre et unir la « gauche » divisée.




Quel était donc le visage de ce péril inaperçu, dont n’auraient pas pris la mesure les destinataires de cette tribune ? Un monstre hybride, « synthèse inédite de Thatcher et Berlusconi », associant le « libéralisme économique le plus offensif » et le détournement « sans vergogne de tous les moyens de l’État» à des fins privées, et « instituant un contrôle social de plus en plus étroit sur des catégories de plus en plus nombreuses de la population », avec la bénédiction « des grands groupes de l’audiovisuel et de la presse écrite» : Nicolas Sarkozy.




Face à cet « adversaire principal », il fallait que cessent les enfantillages (« les petits jeux délétères ») et les comportements irresponsables. Tels des pères et mères fouettards, les auteurs nous rappelaient au bon sens et à la décence : « la gauche et la droite ne peuvent pas être renvoyées dos à dos », « nous nous trouvons dans le même camp », « la victoire de Sarkozy, nous savons bien qui en paierait le prix fort : non pas tant les élus socialistes, les militants encartés de l’extrême gauche ou les experts autoproclamés, que, avant tout, les sans-papiers, les demandeurs d’asile, les sans-logis et l’immense armée des RMIstes, des précaires et des travailleurs pauvres ». Il était donc impératif « qu’à l’intérieur de la gauche la discussion et la critique demeurent fraternelles et préservent les chances du rassemblement final».




À la veille du premier tour de l’élection présidentielle, certains des signataires de cette tribune, accompagnés de nombreuses autres personnalités du monde universitaire et de la culture (faire nombre, faire bloc, semble avoir été un élément essentiel de la rhétorique déployée), dont Loïc Wacquant, publiaient dans Libération un nouvel appel au rassemblement, intitulé « Le 22 avril, assumer notre responsabilité » :




« Nous sommes des intellectuels et gens de culture, engagés à gauche de longue date sous des étiquettes diverses. Par-delà nos différences et nos divergences, qui subsisteront, nous appelons à voter dès le premier tour pour Ségolène Royal, seule candidature de gauche en mesure de remporter l’élection présidentielle.

Aucune femme, aucun homme attaché aux idéaux républicains et aux valeurs de justice et de progrès social ne peut accepter que le 22 avril 2007 répète et aggrave les conséquences du 21 avril 2002. Une nouvelle défaite électorale de la gauche serait synonyme de graves menaces contre les libertés fondamentales et l’indépendance de la justice, de régression pour la recherche et d’asphyxie pour la création artistique, de domestication de l’information. Elle ouvrirait toutes grandes les portes à l’insécurité sociale et à la dérégulation économique, repoussant les forces progressistes et les mouvements sociaux en situation défensive et interdisant toute lutte efficace contre la dictature du marché dans l’Union européenne. Elle accentuerait la xénophobie et la criminalisation de l’immigration.

Ce vote place donc chacune et chacun d’entre nous en face d’une responsabilité historique, pour la France et pour l’Europe. C’est pourquoi nous appelons tous les électeurs de la gauche, dans la diversité de ses composantes, à se rassembler dès le premier tour sur le nom de Ségolène Royal, pour barrer la route aux candidatures convergentes de Nicolas Sarkozy et Jean-Marie Le Pen, et déjouer le leurre que représente le projet de « grande coalition » de François Bayrou, mettant ainsi la gauche en position de gagner au second tour.
»




L’accent était maintenant mis sur la nécessité d’éviter un second « 21 avril » et donc de voter dès le premier tour pour la candidature socialiste, seule candidature « de gauche » en mesure de remporter l’élection, et ainsi de faire barrage à la droite, et, élément inédit, évoqué sans plus de commentaires, « de déjouer le projet de « grande coalition » de François Bayrou ».




La logique de ces deux appels, réduite à sa plus simple expression, peut être aisément restituée : elle visait à refuser toute recevabilité à l’argument déployé par Halimi et Wacquant dans leur tribune d’avril 2002, à le rejeter hors du domaine du pensable et du praticable, à le repousser dans le domaine de l’« abject ». Nous basculons en effet avec ces appels dans le registre de la morale, invoquée au nom d’une réalité prétendument indiscutable, dépourvue d’ambiguïté, qui ne serait en rien problématique. Cette perspective, assortie de la menace d’une exclusion très « fraternelle » de la communauté des honnêtes gens («Aucunefemme,aucunhomme attaché aux idéaux républicains et aux valeurs de justice et de progrès social… »), avait pour objectif d’augmenter au maximum le coût entraîné par une insoumission à l’impératif catégorique énoncé. Autrement dit, ces appels visaient à interdire tout recours dans la situation à une stratégie de défection et, ce faisant, étaient conduits à restreindre radicalement la possibilité d’une prise de parole critique. C’était précisément, sur fond de dramatisation et de panique politiques et morales, la possibilité même d’une intervention critique dans la situation qui se trouvait ainsi exclue, à travers la construction d’une « alternative infernale ».




Que l’on partage ou non l’idée « qu’il fallait voter Ségolène Royal » (idée qu’il était d’ailleurs possible de défendre en adoptant une autre posture et en recourant à une autre rhétorique et à d’autres arguments), ce qui devrait frapper le plus dans ces deux appels successifs à la fraternité et au « rassemblement » de la « gauche » autour de la candidate du Parti socialiste à l’élection présidentielle, c’est leur déni des termes réels de la situation :




– les intentions de vote en faveur de Jean-Marie Le Pen, gonflées, de l’aveu même des sondeurs, pour tenir compte de leur sous-estimation en 2002, ne plaçant celui-ci qu’en quatrième position dans les sondages, il était improbable que se répétât un « 21 avril » ;




– l’attractivité des candidats de la gauche antilibérale étant réduite, pour de multiples raisons (division et concurrence internes, crainte d’une répétition du « 21 avril »), les risques de dispersions des voix de la gauche de gauche étaient de même peu élevés ;




– la dangerosité de Nicolas Sarkozy et la nécessité de lui faire barrage étant clairement établies dans tous les secteurs de la gauche, sans attendre les sermons d’Étienne Balibar, de Loïc Wacquant et de leurs amis, l’on se mobilisait activement en ce sens depuis longtemps déjà : aucun doute là-dessus, les miettes de la défunte gauche allaient voter « utile », « sans états d’âme » : la candidate socialiste, étonnamment épargnée par les candidats de la gauche de gauche, a en effet fait le plein de voix, sinon au premier tour, du moins au second, malgré une des campagnes les plus confuses jamais conduites par un candidat socialiste ;




– si Nicolas Sarkozy peut bien être présenté comme un hybride inquiétant de Ronald Reagan, George Bush (père et fils), Margaret Thatcher et Silvio Berlusconi, il emprunte aussi beaucoup, comme sa rivale, à William Clinton et Anthony Blair, à leur stratégie électorale et aux motifs idéologiques qu’ils ont développés : il est alors frappant qu’aucun des appels à soutenir la candidature de Ségolène Royal n’évoque la place centrale de la référence au New Labour d’Anthony Blair dans ses discours et ceux de son adversaire, New Labour que Loïc Wacquant vouait aux gémonies dans « Le prix du reniement » ; il n’est pas jusqu’à la manipulation du thème de la « participation » et du « déficit de représentation » – dont le diagnostic est porté, sans rire, au crédit de Ségolène Royal par Étienne Balibar – qui ne trouve là sa source : en France comme en Grande-Bretagne, ce thème a été l’un des instruments de la « présidentialisation » du parti, qui ne correspond en rien à sa démocratisation, et encore moins à celle de la société et des institutions politiques ;




– en raison d’un climat idéologique et d’un contexte politique beaucoup plus confus et contradictoire en France, le discours de Nicolas Sarkozy est lui aussi beaucoup plus flottant, et ne traduit pas une synthèse aussi apparemment unilatérale que celle élaborée en leur temps par Thatcher, Reagan, Bush ou Berlusconi ; il peut ainsi notamment, simultanément, emprunter aux leitmotive du lepénisme et avancer des propositions que l’on imagine scandaleuses d’un point de vue frontiste – propositions dont certaines ont de surcroît l’intérêt de couper en apparence l’herbe sous le pied de la gauche –, allant jusqu’à promouvoir un mixte paradoxal, que l’on pourrait désigner par l’expression de « communautarismes intégrés » ou de « communautarismes républicains » ; de ce point de vue, ceux qui identifient le discours de Nicolas Sarkozy au lepénisme (Sarkozy = Le Pen), comme les signataires de cet appel ou les membres d’Act Up-Paris, se trompent deux fois : Nicolas Sarkozy alimente lui-même délibérément cette confusion et cette réputation sulfureuse, pour son plus grand bénéfice, et c’est donc faire son jeu que de croire « l’enfermer » dans cette identification ; c’est de plus se condamner à ne pas pouvoir le combattre que d’ignorer sa complexité et son intelligence politiques en ne voyant dans son double langage que de purs « rideaux de fumée » ;




– la fracture béante ouverte à gauche par l’ascension du néolibéralisme étant irrésolue, l’idée d’une maison commune de la gauche, de la Ligue communiste révolutionnaire au Parti socialiste, est devenue à tout le moins éminemment problématique : les signataires des appels au rassemblement autour de la candidate du PS semblent les dernières personnes en France à n’avoir pas perçu ce sur quoi tout le monde, ou peu s’en faut, s’accorde, pour s’en réjouir ou le déplorer ; si les « éléphants » du Parti socialiste, dont Ségolène Royal, ne sont pas tout le Parti socialiste, si Ségolène Royal n’est pas Nicolas Sarkozy, si la « gauche » n’est pas la droite, si le Parti socialiste n’est pas l’UMP (on serait bien avisé cependant de se demander s’il ne faudrait pas prendre pour argent comptant les déclarations d’Éric Besson, et de tous ceux qui l’ont suivi, selon lesquelles leur « ralliement n’est pas un reniement »), il n’en est pas moins vrai, premièrement, que le PS constitue le « verrou » politique et idéologique de la situation présente, verrou qui empêche la recomposition d’une gauche de gauche, deuxièmement, qu’il a très largement contribué à légitimer les politiques et les leitmotive néolibéraux, tout en instrumentalisant la montée du Front national et, troisièmement, qu’un partage des rôles s’est mis en place dès les années 1980 entre la droite et le Parti socialiste, celui-ci préparant le terrain de celle-là, quand il ne la devançait pas, sous couvert de son étiquette « socialiste », en mettant en oeuvre les politiques qu’elle n’aurait jamais rêvé d’imposer elle-même ; le fait est que, s’il est pour le moins discutable que lasociétéfrançaise dans son ensemble a dérivé vers la droite, lechamp de la politique institutionnelleet ses acteurs, eux, dont en particulier le Parti socialiste et ses soutiens intellectuels, se sont assurément polarisé de ce côté;




– le Parti socialiste, se refusant absolument à prêter l’oreille à son électorat traditionnel et à la gauche de gauche, était déjà engagé de fait dans une stratégie de rapprochement avec François Bayrou : c’est le Parti socialiste qui, peu soucieux d’enrayer la dispersion progressive de ses électeurs, s’apprêtait à faire défection, selon la maxime brechtienne qui veut que, si le peuple vote mal, il faut en changer ; par ailleurs, la gauche de gauche étant décidément « irrécupérable » (Loïc Wacquant déclare ainsi dans un entretien que «le réservoir de voix à gagner à gauche du PS est quasiment vide  ») et tout laissant penser que le candidat le plus à même de battre Nicolas Sarkozy au second tour était François Bayrou, le souci de préserver à la gauche réelle des marges de manoeuvre aurait dû conduire les signataires à ne pas fermer la possibilité d’une alliance des « centres », voire – puisqu’il s’agissait pour certains de faire un usage pragmatique et réaliste du vote – de soutenir le candidat du centre droit, plutôt que la candidate du centre gauche, pour que soit battu le candidat de l’UMP .




Face à ce déni de la réalité, face à ce refus de la complexité et du caractère problématique (« impossible ») de la situation, et comme de surcroît ils étaient implicitement qualifiés d’idiots, on comprend que beaucoup de citoyens et de non-citoyens lambda, d’activistes et de « militants encartés de l’extrême gauche », dont des sans-papiers, des demandeurs d’asile, des sans-logis, des RMIstes, des précaires et des travailleurs pauvres, aient pu être consternés et scandalisés par ces appels.

2007 aura été ainsi pour eux l’année où en France plus de deux cents « intellectuels de gauche », et non des moindres, auront adopté pour mot d’ordre




SILENCE, ON VOTE : PENDANT LES ELECTIONS,
PAS DE CRITIQUE, PAS DE POLITIQUE




mobilisant, d’une forte voix (« Vous voulez donc un duel Sarkozy-Le Pen au second tour ? »), la peur et la culpabilité pour contraindre à se taire d’éventuels malentendants ou récalcitrants qui oseraient poser publiquement la question de savoir comment nous en sommes arrivés là, ou interroger le caractère flottant, contradictoire et, en un mot, désastreux de la campagne de Ségolène Royal (sa dénonciation de l’assistanat, son apologie obscène du « travail » à l’heure de sa précarisation structurelle – apologie qui constitue du reste, on ne l’a pas assez remarqué, le fond de ses attaques très blairistes contre les enseignants ; ses prises de position, sinon réactionnaires, du moins conservatrices sur la « famille », à la remorque même de son parti ; son invocation tonitruante de l’identité nationale et de la « patrie », son adhésion au discours sécuritaire de la loi et de l’ordre – par laquelle elle pensait pouvoir, comble du racisme de classe, mobiliser des classes populaires censément nationalistes et racistes).




Quel sens alors donner à l’apparent non-sens de ces appels, à cette étrange opération de police électorale, conduite par des « intellectuels » et formulée dans des termes dont on ne pouvait raisonnablement pas attendre qu’ils produisent l’objectif affiché, tant ils heurtaient le rejet de la langue de bois politicienne qui s’affirme dans la société ? Quel sens donner au psittacisme d’Étienne Balibar qui – un peu à la façon dont George W. Bush et Anthony Blair invoquaient encore et encore les armes de destruction massive supposément détenues par l’Irak pour convaincre de la fiction de leur existence – répétait de manière obsessionnelle l’expression « gauche de la gauche », comme si cette répétition avait le pouvoir de ramener à l’existence une gauche défunte dont le Parti socialiste aurait été une composante ?




Il y a derrière ces appels, à n’en pas douter, la peur panique, compréhensible, des conséquences d’une arrivée au pouvoir de Nicolas Sarkozy.

Il y a sans doute de plus, pour beaucoup de leurs signataires, une manière d’exorciser la culpabilité individuelle et collective, mal placée, de ne pas avoir voté pour Lionel Jospin en 2002, en la projetant en 2007 sur d’imaginaires irresponsables s’apprêtant à refuser, coûte que coûte et au risque de permettre l’élection du candidat de l’UMP, leurs voix à la candidate socialiste.

Il y a sans doute aussi dans cette mise en scène, dans cette « performance » de l’« intellectuel », en tant que groupe social, comme « réaliste », « responsable », « bête à sang-froid » travaillée par la hantise du « gauchisme », une manière de se définir, de délimiter l’espace d’un entre soi de « la bonne société » et du « bon goût » des « intellectuels », de revendiquer pour celui-ci une place dans l’espace public et médiatique légitime, et de se donner ainsi l’illusion d’avoir encore une certaine prise sur le monde social.




Mais il y a peut-être surtout, pour certains de ses signataires, dans ce geste qui contredit radicalement tout ce pour quoi Pierre Bourdieu s’est battu au cours des dernières années de sa vie, une sorte d’acting-outdans leur travail de deuil, acting-out dans lequel se manifeste la part refoulée de leur attachement ambivalent au maître d’oeuvre de La Misère du monde et à l’inspirateur de Raisons d’agir. On imagine assez aisément que cet acting-out ait pu être facilité par l’apparition imprévue du fantôme de Pierre Bourdieu au cours de la campagne, par le truchement d’un enregistrement vidéo, vieux de quelques années, dans lequel il évoquait Ségolène Royal en des termes particulièrement peu flatteurs, particulièrement cinglants, qui prétendaient mettre en évidence son habitus de femme de droite .




De ce point de vue, la présence dans la liste des signataires de l’appel du 19 avril 2007 d’un nombre conséquent d’illustres « bourdieusiens » et de leurs adversaires non moins illustres de 1995 a de quoi laisser songeur et livre peut-être une des clés nécessaires à la compréhension de cet appel. En dépit de la dénégation par laquelle débute le texte (« Par-delà nos différences et nos divergences, qui subsisteront… »), cet appel peut être lu comme une sorte de danse macabre autour du cadavre de Pierre Bourdieu : une tentative de clôture du cycle ouvert par les grèves de novembre-décembre 1995 et de colmatage de la brèche que ces grèves avaient ouverte au sein de l’intelligentsia.




S’exprime en effet dans ces appels une sorte de mépris de classe à l’égard de ce qui, largement inspiré par les initiatives de Pierre Bourdieu et de ses amis et collaborateurs, sous le nom de « gauche antilibérale », à travers quelques revues, associations, organisations et partis, à travers divers réseaux plus ou moins homogènes, plus ou moins informels et étendus, reste de la gauche – sans même évoquer « l’extrême gauche » ou « la gauche révolutionnaire » dont, à rigoureusement parler, il n’est plus, dans ce pays, même de vestiges, sinon dans le monde fantasmagorique du personnel politique et journalistique qui s’agite sur nos écrans.




Sans doute cette gauche de gauche n’est-elle pas encore assez « civile », assez convenable, assez « intellectuelle » et respectueuse de l’autorité et de la majesté de la Philosophie, de la Science, de l’Université… et de l’ordre social. Pourtant, il faudra bien le reconnaître et s’y résoudre, aussi navrant soit-il, quelles que soient les fortes réserves que ce « reste » nous inspire, quels que soient ses manques et ses contradictions, qui ne sont que trop réels, en effet, la gauche, pour une part essentielle, c’est ça aujourd’hui, qui vaudra toujours mieux que le Parti socialiste de Ségolène Royal, de François Hollande, de Laurent Fabius ou de l’AMI Dominique Strauss-Kahn. Et il faudra bien faire avec. Sans en rabattre sur la critique et la polémique. Que la chose plaise ou non à nos intellectuels et gens de culture.




C’est en effet dès l’incipit de l’appel qu’ils ont publié le 19 avril 2007 dans Libération que ses signataires font naufrage : « Nous sommes des intellectuels et gens de culture… ». Nous sommes les kaloïkagathoï, auraient dit les membres de la bonne société de l’Athènes classique dans un langage à peine plus brutal : nous sommes les beaux-et-bons. Nous sommes des vaches sacrées. Nous sommes des esprits supérieurs. Nous sommes ceux qui comptent. Ceux auxquels leur fonction, leur statut ou leur nature confère un magistère, une autorité supérieure et légitime. Nous sommes les auctores, ceux qui possèdent l’art de déchiffrer le réel et d’en délivrer le sens, ceux qui dans la confusion restent capables de dire le bien et le mal. Nous sommes des gens de valeur, nous sommes la valeur incarnée. « Nous sommes des intellectuels et gens de culture ».




Non pas, donc, une définition de soi provocatrice et polémique, adressée à tous et susceptible d’être reprise ou contestée par tous, non pas une déclaration fondamentalement égalitaire portée par un « nous » universalisable, par un intellectuel collectif dont chacun peut en droit participer, mais un « nous » exclusif qui vient sanctionner la monopolisation de l’intellectualité et des savoirs légitimes. « Nous sommes de l’intelligentsia, nous sommes de la classe des intellectuels. »




Une telle politique de l’intellectualité et des savoirs ne pouvait que conduire ses promoteurs dans les eaux troubles de « l’ordre juste » de Ségolène Royal et du Parti socialiste. Souhaitons qu’ils ne s’y attardent pas trop.


Pour citer cet article : Jérôme Vidal, « Silence, on vote : les «intellectuels» et le Parti socialiste  », in La Revue Internationale des Livres et des Idées, 22/11/2007, url: http://www.revuedeslivres.net/articles.php?idArt=32
Rechercher :
Espace abonnés
Mot de passe oublié ?
Rili, Numéro 1, septembre-octobre 2007

Numéro 1

septembre-octobre 2007


Vive la pensée vive !

Yves Citton - Éditer un roman qui n’existe pas

à propos de
Jean Potocki, Manuscrit trouvé à Saragosse


Frédéric Neyrat - à l’ombre des minorités séditieuses

à propos de
Arjun Appadurai, Géographie de la colère : La violence à l’âge de la globalisation


Frédéric Neyrat - Avatars du mobile explosif

à propos de
Mike Davis, Petite histoire de la voiture piégée


David Laitin - Creusets Caucasiens

à propos de
Georgi Derluguian, Bourdieu’s Secret Admirer in the Caucasus


Stuart Hall - entretien avec Stuart Hall (1re partie)

Emilie Bickerton - Emilie Bickerton

Thierry Labica et Fredric Jameson - Le grand récit de la postmodernité

à propos de
Fredric Jameson, Le Postmodernisme ou la logique culturelle du capitalisme tardif
Fredric Jameson, La Totalité comme complot


Mathieu Potte-Bonneville - Ombres d’utopie

à propos de
Orson Scott Card, La Saga des ombres et Le Cycle d’Ender


Alberto Toscano - L’anti-anti-totalitarisme

à propos de
Michael Scott Christofferson, French Intellectuals Against the Left


Jérôme Vidal - Silence, on vote : les «intellectuels» et le Parti socialiste

Sandrine Lefranc - Le partage de la méfiance

à propos de
Jean Hatzfeld, La Stratégie des antilopes
Scott Strauss et Robert Lyons, Intimate Enemy


Jim Endersby - Le mythe du darwinisme

à propos de
Charles Darwin’s, Origin of Species et The Correspondance of Charles Darwin, vol. xiv et xv


Perry Anderson - La London Review of Books : un portrait

Artistes invités dans ce numéro

Philippe Minard - Face au détournement de l’histoire

à propos de
Jack Goody, The Theft of History




Articles en accès libre

Yves Citton - Foules, nombres, multitudes : qu'est-ce qu'agir ensemble ?

à propos de
Collectif, Local Contemporain n°5
Thomas Berns, Gouverner sans gouverner. Une archéologie politique de la statistique
Pascal Nicolas-Le Strat, Expérimentations politiques
Pascal Nicolas-Le Strat, Moments de l'expérimentation


Philippe Minard - « À bas les mécaniques ! »: du luddisme et de ses interprétations

à propos de
François Jarrige, Au temps des "tueuses à bras". Les bris de machines à l'aube de l'ère industrielle (1780-1860)


Jérôme Vidal - La dernière « intox »
de l’industrie atomique :
le nucléaire, une énergie propre et sûre

à propos de
À propos de Frédéric Marillier, EPR. L’impasse nucléaire,


Charlotte Nordmann - Insoutenable nucléaire

à propos de
À propos de Laure Noualhat, Déchets, le cauchemar du nucléaire,


A l'attention de nos lecteurs et abonnés

La Revue internationale des Livres et des Idées reparaît en septembre !

"Penser à gauche. Figures de la pensée critique" en librairie

Jean-Numa Ducange - Editer Marx et Engels en France : mission impossible ?

à propos de
Miguel Abensour et Louis Janover, Maximilien Rubel, pour redécouvrir Marx
Karl Marx, Le Capital


J. R. McNeill - La fin du monde est-elle vraiment pour demain ?

à propos de
Jared Diamon, Effondrement. Comment les sociétés décident de leur disparition ou de leur survie


Antonio Negri - Produire le commun. Entretien avec Filippo Del Lucchese et Jason E. Smith

Alfredo Gomez-Muller - Les luttes des "indigènes en Bolivie : un renouveau du socialisme ?

Arne Næss et la deep ecology: aux sources de l'inquiétude écologiste

Comment vivons-nous ? Décroissance, "allures de vie" et expérimentation politique. Entretien avec Charlotte Nordmann et Jérôme Vidal

Giovanna Zapperi - Neutraliser le genre ?

à propos de
Camille Morineau, L'adresse du politique


Politiques du spectateur

Partha Chatterjee - L’Inde postcoloniale ou la difficile invention d’une autre modernité

Le climat de l’histoire: quatre thèses

Alice Le Roy - Écoquartier, topos d’une écopolitique ?

Jérôme Vidal et Charlotte Nordmann - J’ai vu « l’Esprit du monde », non pas sur un cheval, mais sur un nuage radioactif : il avait le visage d’Anne Lauvergeon1 (à la veille du sommet de l’ONU sur les changements climatiques)

Charlotte Nordmann et Bernard Laponche - Entre silence et mensonge. Le nucléaire, de la raison d’état au recyclage « écologique »

Jérôme Ceccaldi - Quelle école voulons-nous?

Yves Citton - Beautés et vertus du faitichisme

Marie Cuillerai - Le tiers-espace, une pensée de l’émancipation

Tiphaine Samoyault - Traduire pour ne pas comparer

Sylvie Thénault - Les pieds-rouges, « gogos » de l’indépendance de l’Algérie ?

Michael Löwy - Theodor W. Adorno, ou le pessimisme de la raison

Daniel Bensaïd - Une thèse à scandale : La réaction philosémite à l’épreuve d’un juif d’étude

Bourdieu, reviens : ils sont devenus fous ! La gauche et les luttes minoritaires

Samuel Lequette - Prigent par lui-même – Rétrospections, anticipations, contacts

Laurent Folliot - Browning, poète nécromant

David Macey - Le « moment » Bergson-Bachelard

Hard Times. Histoires orales de la Grande Dépression (extrait 2: Evelyn Finn)

La traversée des décombres

à propos de
Bruno Tackels, Walter Benjamin. Une vie dans les textes


Delphine Moreau - De qui se soucie-t-on ? Le care comme perspective politique

Hard Times. Histoires orales de la Grande Dépression (extrait 1: Clifford Burke)

Thomas Coutrot - La société civile à l’assaut du capital ?

Anselm Jappe - Avec Marx, contre le travail

à propos de
Moishe Postone, Temps, travail et domination sociale
Isaac I. Roubine, Essais sur la théorie de la valeur de Marx


L'histoire du Quilt

Jacques Rancière - Critique de la critique du « spectacle »

Yves Citton - Michael Lucey, ou l'art de lire entre les lignes

à propos de
Michael Lucey, Les Ratés de la famille.


Wendy Brown - Souveraineté poreuse, démocratie murée

Marc Saint-Upéry - Y a-t-il une vie après le postmarxisme ?

à propos de
Ernesto Laclau et Chantal Mouffe, Hégémonie et stratégie socialiste


Razmig Keucheyan - Les mutations de la pensée critique

à propos de
Göran Therborn, From Marxism to Postmarxism?


Yves Citton et Frédéric Lordon - La crise, Keynes et les « esprits animaux »

à propos de
George A. Akerlof et Robert J. Shiller , Animal Spirits


Yves Citton - La crise, Keynes et les « esprits animaux »

à propos de
A. Akerlof et Robert J. Shiller, Animal Spirits
John Maynard Keynes, Théorie générale de l’emploi, de l’intérêt et de la monnaie


Version intégrale de : Le Hegel husserliannisé d’Axel Honneth. Réactualiser la philosophie hégélienne du droit

à propos de
Axel Honneth, Les pathologies de la liberté. Une réactualisation de la philosophie du droit de Hegel


Caroline Douki - No Man’s Langue. Vie et mort de la lingua franca méditerranéenne

à propos de
Jocelyne Dakhlia, Lingua franca. Histoire d’une langue métisse en Méditerrannée


Pierre Rousset - Au temps de la première altermondialisation. Anarchistes et militants anticoloniaux à la fin du xixe siècle

à propos de
Benedict Anderson, Les Bannières de la révolte


Yves Citton - Démontage de l’Université, guerre des évaluations et luttes de classes

à propos de
Christopher Newfield, Unmaking the Public University
Guillaume Sibertin-Blanc et Stéphane Legrand, Esquisse d’une contribution à la critique de l’économie des savoirs
Oskar Negt, L’Espace public oppositionnel


Christopher Newfield - L’Université et la revanche des «élites» aux États-Unis

Antonella Corsani, Sophie Poirot-Delpech, Kamel Tafer et Bernard Paulré - Le conflit des universités (janvier 2009 - ?)

Judith Revel - « N’oubliez pas d’inventer votre vie »

à propos de
Michel Foucault, Le Courage de la vérité, t. II, Le gouvernement de soi et des autres


Naomi Klein - Ca suffit : il est temps de boycotter Israël

Henry Siegman - Les mensonges d'Israël

Enzo Traverso - Le siècle de Hobsbawm

à propos de
Eric J. Hobsbawm, L’Âge des extrêmes. Histoire du court XXe siècle (1914-1991)


Yves Citton - La pharmacie d'Isabelle Stengers : politiques de l'expérimentation collective

à propos de
Isabelle Stengers, Au temps des catastrophes. Résister à la barbarie qui vient


Isabelle Stengers - Fabriquer de l'espoir au bord du gouffre

à propos de
Donna Haraway,


Serge Audier - Walter Lippmann et les origines du néolibéralisme

à propos de
Walter Lippmann, Le Public fantôme
Pierre Dardot et Christian Laval, La Nouvelle Raison du monde. Essai sur la société néolibérale


Nancy Fraser - La justice mondiale et le renouveau de la tradition de la théorie critique

Mathieu Dosse - L’acte de traduction

à propos de
Antoine Berman, L’Âge de la traduction. « La tâche du traducteur » de Walter Benjamin, un commentaire


Daniel Bensaïd - Sur le Nouveau Parti Anticapitaliste

à propos de
Jérôme Vidal, « Le Nouveau Parti Anticapitaliste, un Nouveau Parti Socialiste ? Questions à Daniel Bensaïd à la veille de la fondation du NPA », RiLi n°9


Iconographie (légende)

La RiLi a toutes ses dents !

Yves Citton - La passion des catastrophes

Marielle Macé - La critique est un sport de combat

David Harvey - Le droit à la ville

Grégory Salle - Dérives buissonières au pays du dedans

Bibliographies commentées: "L'étude des camps" et "Frontière, citoyenneté et migrations"

Jérôme Vidal PS - Le Nouveau Parti Anticapitaliste, un Nouveau Parti Socialiste ? Questions à Daniel Bensaïd à la veille de la fondation du NPA

Marc Saint-Upéry - Amérique latine : deux ou trois mondes à découvrir

à propos de
Georges Couffignal (dir.), Amérique latine. Mondialisation : le politique, l’économique, le religieux
Franck Gaudichaud (dir.), Le Volcan latino-américain. Gauches, mouvements sociaux et néolibéralisme en Amérique latine
Hervé Do Alto et Pablo Stefanoni, Nous serons des millions. Evo Morales et la gauche au pouvoir en Bolivie
Guy Bajoit, François Houtart et Bernard Duterme, Amérique latine : à gauche toute ?


Bibliographie indicative sur l'Amérique latine: Néoprantestatisme, Migrations, Revues, et Biographies présidentielles

Peter Hallward - Tout est possible

L’anthropologie sauvage

Le Comité un_visible

Thomas Boivin - Le Bédef ou l’art de se faire passer pour un petit.

Frédéric Lordon - Finance : La société prise en otage

Mahmood Mamdani - Darfour, Cour pénale internationale: Le nouvel ordre humanitaire

André Tosel - Penser le contemporain (2) Le système historico-politique de Marcel Gauchet.Du schématisme à l’incertitude

à propos de
Marcel Gauchet, L’Avènement de la démocratie, tomes I et II


« Nous sommes la gauche »

André Tosel - Article en version intégrale. Le système historico-politique de Marcel Gauchet : du schématisme a l’incertitude.

à propos de
Marcel Gauchet,


Paul-André Claudel - Les chiffonniers du passé. Pour une approche archéologique des phénomènes littéraires

à propos de
Laurent Olivier, Le Sombre Abîme du temps. Mémoire et archéologie


Nous ne sommes pas des modèles d’intégration

Claire Saint-Germain - Le double discours de la réforme de l’école

Yann Moulier Boutang - Le prisme de la crise des subprimes :la seconde mort de Milton Friedman

Giuseppe Cocco - Le laboratoire sud-américain

à propos de
Marc Saint-Upéry, Le Rêve de Bolivar. Le défi des gauches sud-américaines


Emir Sader - Construire une nouvelle hégémonie

Maurizio Lazzarato - Mai 68, la « critique artiste » et la révolution néolibérale

à propos de
Luc Boltanski et Ève Chiapello, Le Nouvel Esprit du capitalisme


Carl Henrik Fredriksson - La re-transnationalisation de la critique littéraire

Harry Harootunian - Surplus d’histoires, excès de mémoires

à propos de
Enzo Traverso, Le Passé, modes d’emploi. Histoire, mémoire, politique


Stephen Bouquin - La contestation de l’ordre usinier ou les voies de la politique ouvrière

à propos de
Xavier Vigna, L’Insubordination ouvrière dans les années 68. Essai d’histoire politique des usines


Jérôme Vidal - La compagnie des Wright

Nicolas Hatzfeld, Xavier Vigna, Kristin Ross, Antoine Artous, Patrick Silberstein et Didier Epsztajn - Mai 68 : le débat continue

à propos de
Xavier Vigna, « Clio contre Carvalho. L’historiographie de 68 », publié dans la RILI n° 5


Nicolas Hatzfeld - L’insubordination ouvrière, un incontournable des années 68

à propos de
Xavier Vigna, L’Insubordination ouvrière dans les années 68. Essai d’histoire politique des usines


Thierry Labica - L’Inde, ou l’utopie réactionnaire

à propos de
Roland Lardinois, L’Invention de l’Inde. Entre ésotérisme et science


Christophe Montaucieux - Les filles voilées peuvent-elles parler ?

à propos de
Ismahane Chouder, Malika Latrèche et Pierre Tevanian, Les Filles voilées parlent


Yves Citton et Philip Watts - gillesdeleuzerolandbarthes.

à propos de
Les cours de Gilles Deleuze en ligne
François Dosse, Gillesdeleuzefélixguattari. Biographie croisée
Roland Barthes, Le Discours amoureux. Séminaire de l’École pratique des hautes études


Journal d’Orville Wright, 1902 / 1903

Yves Citton - Il faut défendre la société littéraire

à propos de
Jacques Bouveresse, La Connaissance de l’écrivain. Sur la littérature, la vérité et la vie
Tzvetan Todorov, La Littérature en péril
Pierre Piret (éd.), La Littérature à l’ère de la reproductibilité technique. Réponses littéraires aux nouveaux dispositifs représentatifs créés par les médias modernes
Emmanuel Le Roy Ladurie, Jacques Berchtold & Jean-Paul Sermain, L’Événement climatique et ses représentations (xviie – xixe siècles)


Marc Escola - Voir de loin. Extension du domaine de l'histoire littéraire

à propos de
Franco Moretti, Graphes, cartes et arbres. Modèles abstraits pour une autre histoire de la littérature


Xavier Vigna - Clio contre Carvalho. L'historiographie de 68

à propos de
Antoine Artous, Didier Epstajn et Patrick Silberstein (coord.), La France des années 68
Serge Audier, La Pensée anti-68
Philippe Artières et Michelle Zancarini-Fournel (dir.), 68, une histoire collective
Dominique Damamme, Boris Gobille, Frédérique Matonti et Bernard Pudal, Mai-juin 68


Peter Hallward - L'hypothèse communiste d'Alain Badiou

à propos de
Alain Badiou, De Quoi Sarkozy est-il le nom ? Circonstances, 4


François Cusset - Le champ postcolonial et l'épouvantail postmoderne

à propos de
Jean-Loup Amselle, L’Occident décroché. Enquête sur les postcolonialismes


Warren Montag - Sémites, ou la fiction de l’Autre

à propos de
Gil Anidjar, Semites : Race, Religion, Literature


Alain de Libera - Landerneau terre d'Islam

Frédéric Neyrat - Géo-critique du capitalisme

à propos de
David Harvey, Géographie de la domination


Les « temps nouveaux », le populisme autoritaire et l’avenir de la gauche. Détour par la Grande-Bretagne

à propos de
Stuart Hall, Le Populisme autoritaire. Puissance de la droite et impuissance de la gauche au temps du thatchérisme et du blairisme


Artistes invités dans ce numéro

Elsa Dorlin - Donna Haraway: manifeste postmoderne pour un féminisme matérialiste

à propos de
Donna Haraway, Manifeste cyborg et autres essais


François Héran - Les raisons du sex-ratio

à propos de
Éric Brian et Marie Jaisson, Le Sexisme de la première heure :


Michael Hardt - La violence du capital

à propos de
Naomi Klein, The Shock Doctrine


Giorgio Agamben et Andrea Cortellessa - Le gouvernement de l'insécurité

Cécile Vidal - La nouvelle histoire atlantique: nouvelles perspectives sur les relations entre l’Europe, l’Afrique et les Amériques du xve au xixe siècle

à propos de
John H. Elliott, Empires of the Atlantic World
John H. Elliott, Imperios del mundo atlántico


Antonio Mendes - A bord des Négriers

à propos de
Marcus Rediker, The Slave Ship. A Human History


Nicolas Hatzfeld - 30 ans d'usine

à propos de
Marcel Durand, Grain de sable sous capot. Résistance et contre-culture ouvrière


Charlotte Nordmann - La philosophie à l'épreuve de la sociologie

à propos de
Louis Pinto, La vocation et le métier de philosophe


Enzo Traverso - Allemagne nazie et Espagne inquisitoriale. Le comparatisme historique de Christiane Stallaert

à propos de
Christiane Stallaert, Ni Una Gota De Sangre Impura


Stéphane Chaudier - Proust et l'antisémitisme

à propos de
Alessandro Piperno, Proust antijuif


Artistes invités dans ce numéro

Enzo Traverso - Interpréter le fascisme

à propos de
George L. Mosse, Zeev Sternhell, Emilio Gentile,


Guillermina Seri - Terreur, réconciliation et rédemption : politiques de la mémoire en Argentine

Daniel Bensaïd - Et si on arrêtait tout ? "L'illusion sociale" de John Holloway et de Richard Day

à propos de
John Holloway, Changer le monde sans prendre le pouvoir
Richard Day, Gramsci is dead


Chantal Mouffe - Antagonisme et hégémonie. La démocratie radicale contre le consensus néolibéral

Slavoj Zizek - La colère, le ressentiment et l’acte

à propos de
Peter Sloterdijk, Colère et Temps


Isabelle Garo - Entre démocratie sauvage et barbarie marchande

Catherine Deschamps - Réflexions sur la condition prostituée

à propos de
Lilian Mathieu, La Condition prostituée


Yves Citton - Pourquoi punir ? Utilitarisme, déterminisme et pénalité (Bentham ou Spinoza)

à propos de
Xavier Bébin, Pourquoi punir ?


Jérôme Vidal - Les formes obscures de la politique, retour sur les émeutes de novembre 2005

à propos de
Gérard Mauger, L’Émeute de novembre 2005 : une révolte protopolitique


Artistes invités dans ce numéro

Judith Butler - « Je suis l’une des leurs, voilà tout » : Hannah Arendt, les Juifs et les sans-état

à propos de
Hannah Arendt, The Jewish Writings


Christian Laval - Penser le néolibéralisme

à propos de
Wendy Brown, Les Habits neufs de la politique mondiale


Yves Citton - Projectiles pour une politique postradicale

à propos de
Bernard Aspe, L’Instant d’après. Projectiles pour une politique à l’état naissant
David Vercauteren, Micropolitiques des groupes. Pour une écologie des pratiques collectives


Philippe Pignarre - Au nom de la science

à propos de
Sonia Shah , Cobayes humains


Jérôme Vidal - Gérard Noiriel et la République des « intellectuels »

à propos de
Gérard Noiriel, Les Fils maudits de la République


Marc Escola - Les fables théoriques de Stanley Fish

à propos de
Stanley Fish, Quand lire c’est faire, L’autorité des communautés interprétatives


Artistes invités dans ce numéro

Philippe Minard - Face au détournement de l’histoire

à propos de
Jack Goody, The Theft of History


Vive la pensée vive !

Yves Citton - Éditer un roman qui n’existe pas

à propos de
Jean Potocki, Manuscrit trouvé à Saragosse


Frédéric Neyrat - à l’ombre des minorités séditieuses

à propos de
Arjun Appadurai, Géographie de la colère : La violence à l’âge de la globalisation


Frédéric Neyrat - Avatars du mobile explosif

à propos de
Mike Davis, Petite histoire de la voiture piégée


Thierry Labica et Fredric Jameson - Le grand récit de la postmodernité

à propos de
Fredric Jameson, Le Postmodernisme ou la logique culturelle du capitalisme tardif
Fredric Jameson, La Totalité comme complot


Alberto Toscano - L’anti-anti-totalitarisme

à propos de
Michael Scott Christofferson, French Intellectuals Against the Left


Jérôme Vidal - Silence, on vote : les «intellectuels» et le Parti socialiste

Artistes invités dans ce numéro