Accueil | Qui sommes-nous? | Numéros parus | Se procurer la RiLi | S'abonner | Newsletter | Contacts | Liens | La toile de la RiLi

Le double discours de la réforme de l’école

par Claire Saint-Germain

« Faire mieux avec moins », l’exercice est risqué auquel se livre le ministère de l’Éducation nationale, multipliant les coupes claires dans les effectifs des enseignants tout en promettant un suivi plus individualisé des élèves − prévoyant ainsi pour les lycéens un rendez-vous d’orientation annuel, sans annoncer d’augmentation du nombre de conseillers d’orientation ; limitant de facto la diversité des offres d’enseignement (les matières les moins suivies étant tout simplement supprimées) ; réduisant le nombre d’heures d’enseignement dispensé à tous ; promouvant la bivalence qui sortirait les professeurs de la tour d’ivoire de leur spécialisation et permettrait une gestion plus souple des remplacements ; convertissant les postes en heures supplémentaires ; autonomisant le parcours éducatif dans un encadrement pédagogique restreint etc. Tout cela serait faire « le choix de la qualité plutôt que de la quantité » comme l’a énoncé le président de la République.



À la source de ces propositions on trouve Le Livre vert sur l’évolution du métier d’enseignant, rendu en février 2008 au nom de la commission présidée par le conseiller d’État Marcel Pochard ; un texte qui constitue la base la plus solide et détaillée de la réforme de l’enseignement engagée par Xavier Darcos. À la lecture de ce volumineux document ainsi que des discours prononcés à diverses reprises par le ministre de l’Éducation et par le président de la République, apparaît bien une logique de la réforme : celle de la réduction des coûts, de l’économie de personnel et de la revalorisation du pouvoir d’achat des professeurs. La formule rhétorique par laquelle Xavier Darcos, anticipant prudemment la réaction (très) négative des syndicats enseignants, a accueilli ce Livre vert, assurant qu’« il s’agit naturellement d’un travail mené en toute indépendance et dont les conclusions sont proposées au débat sans pour autant engager le gouvernement », ne saurait masquer le fait qu’il constitue l’arc argumentatif qui donne sa cohérence, son sens et sa direction au projet gouvernemental. Si, depuis, des échéances ont été fixées (« avant l’été » pour la rédaction d’un Livre blanc contenant les décisions gouvernementales − reporté à « juillet » pour formuler des propositions concrètes à destination des professeurs, la rentrée 2008 pour la poursuite des « non-remplacements » et suppressions de poste, la rentrée 2009 idem, l’année 2010 pour la nouvelle seconde généraliste et, parachèvement de l’oeuvre, l’année 2012 pour le nouveau lycée), c’est une impression de hâte, et même d’impréparation (la mise en oeuvre du soutien aux élèves les plus faibles en dehors des heures de cours couplée à la suppression des cours du samedi posant dores et déjà d’épineux problèmes dans certains établissements) que l’on retient en se retournant sur ce qui apparaît aujourd’hui comme la première étape de la lutte menée par une majorité des enseignants, élèves et personnels administratifs liés au secondaire comme au primaire, soutenus par une part importante des parents d’élèves. Il n’y a pas jusqu’aux établissements catholiques qui ne s’émeuvent de la situation…




Le processus de réforme actuel du lycée et du primaire, qu’on ne saurait dissocier de celle de l’enseignement supérieur, offre un exemple de discours à deux niveaux. Insister sur le caractère obsolète du statut des enseignants, hérité des années 1950, et sur son décalage avec la société mondialisée se fait tant au niveau symbolique qu’au niveau pragmatique. D’un côté par le biais d’un discours sur les valeurs, qui exacerbe l’idée que les enseignants se vivraient comme un corps à part de la société, en cela toujours marqué par la mythologie des « hussards noirs de la République », fortement jacobins et manquant de souplesse à l’ère de l’individualisme démocratique et libéral (concession, sans doute, à un esprit conservateur adossé à des arguments caricaturaux et largement dépassés dans les faits) ; de l’autre, par la promotion d’une logique managériale de gestion de la masse (trop importante) des enseignants à l’échelon local, qui met le chef d’établissement en situation de chef d’entreprise recevant les dotations horaires et salariales et décidant de la gestion de salariés selon une évaluation dite « au mérite » qui remet en cause la pertinence des grilles salariales de l’Éducation nationale. Ce double discours passe ainsi par une phase idéologique portant sur la place et les missions des professeurs et de l’institution − discours sur les valeurs et le sens de l’École dans la société actuelle, hyperindividualisée et sans repères − : par une phase dont la seule fin est de légitimer la transposition des logiques économiques de rentabilité professionnelle au secteur public. On ne retrouve donc dans cette réforme rien que de très entendu, sinon attendu, de la part d’un gouvernement dont le slogan « Travailler plus pour gagner plus » résume les ambitions sociales.



Le Livre vert a été plutôt mal reçu par les intéressés qui s’élèvent contre l’annualisation du temps de service (à 65 %), l’allongement du temps de présence dans l’établissement, les heures supplémentaires (à 65 %), la diminution des horaires de cours en lycée même accompagnant la diminution des maxima de service des enseignants (à 75 %). Comme l’affirment les conclusions de ce sondage, commandé par le SNES-FSU à l’institut CSA, sur l’opinion des enseignants du secondaire concernant les orientations du rapport Pochard1 : « Bivalence, augmentation du temps de présence obligatoire dans l’établissement, annualisation du temps de service, horaires et programmes définis en partie localement, renforcement du poids du chef d’établissement, création d’un conseil pédagogique : les enseignants se montrent réservés, pour ne pas dire sur certains points ouvertement hostiles, à la plupart des dispositions préconisées par le rapport Pochard. Extrêmement fragilisés, les enseignants ne semblent guère apercevoir dans ce rapport les solutions pour la revalorisation du métier d’enseignant. »



Et pourtant, ce rapport pointe un schème central dont Xavier Darcos a donné la formule dans le discours qu’il a prononcé à la remise du rapport : « Vouloir perpétuer à tout prix [le statut des enseignants hérité des années 1950], et au mépris de la forte aspiration au changement des enseignants eux-mêmes, serait une erreur manifeste, dont les professeurs seraient les premiers à payer le prix.



Ne l’ont-ils pas d’ailleurs déjà payé, en sacrifiant l’évolution de leurs revenus au profit de la logique exclusive de l’augmentation continue du nombre de postes ? Ne l’ont-ils pas payé de leur autonomie, en voyant leur liberté pédagogique réduite au seul choix des manuels scolaires quand leur façon d’exercer était définie dans d’autres sphères que la leur ? Ne l’ont-ils pas payé de leur carrière, évoluant au rythme désespérément uniforme des grilles d’avancement et des notations pré-calibrées au dixième de point près ? Ne l’ont-ils pas payé de leur enthousiasme, de leur esprit d’initiative, de leur passion, en voyant que la seule récompense de leurs efforts était le temps qu’on leur accordait pour travailler moins, lorsqu’ils ne demandaient qu’à pouvoir s’engager davantage ?
 »



On le voit, il ne s’agit pas tant de réformer le statut des enseignants que de le faire disparaître. Se profile la gestion du personnel à l’échelle de l’établissement (conditions de rémunération comme conditions de travail, c’est-à-dire la disparition de l’égalité nationale des conditions de recrutement des professeurs), mais aussi, promouvant la polyvalence des professeurs, un élargissement de leurs missions ne les cantonnant plus au seul enseignement, mais leur ouvrant les perspectives du travail en équipe et du soutien scolaire. Cet ensemble d’orientations a éveillé une intuition : ne s’agirait-il pas, in fine, de tendre à assimiler l’éducation à la fonction publique territoriale ? Que les personnels enseignants insistent sur leur volonté de continuer à être rattachés à une instance nationale est le signe qu’ils résistent à l’affirmation de plus en plus forte de la volonté inverse d’une gestion décentralisée du personnel enseignant dont la réduction drastique depuis quelques années va bien au-delà de la réduction des besoins qui serait la conséquence du moindre nombre d’élèves aujourd’hui à l’école par rapport aux classes d’âges du baby boom.



Le plus frappant dans l’allocution du ministre est le rapport au temps qu’elle décrit : « en voyant que la seule récompense de leurs efforts était le temps qu’on leur accordait pour travailler moins, lorsqu’ils ne demandaient qu’à pouvoir s’engager davantage ? » Si les enseignants sont une profession en plein malaise, c’est qu’ils souffrent, selon leurs propres dires, de leur dévalorisation sociale. Bien peu à se réfugient dans la nostalgie corporatiste de la IIIe République. C’est pourtant au moment de la salarisation massive de la bourgeoisie que s’est noué leur rapport au temps. Question politique : ce noeud est le signe de la valeur sociale accordée aux professeurs. Une partie de la rémunération des professeurs étant composée de ce temps dégagé de la présence devant les élèves, cela explique la relative faiblesse de leur rémunération : les professeurs sont en quelque sorte « payés » en temps. Or le ministre et le président de la République n’ont de cesse de mettre en cause cette faible rémunération – ce qui est un tremplin tout choisi pour celui qui se voulait « le président du pouvoir d’achat» − dont ils font le signe de la dévalorisation sociale de la fonction professorale. Or que nous dit ici Xavier Darcos ? Rien moins que : le temps accordé aux professeurs – qui était un temps inclus dans leur salaire – est en réalité un temps détrimentaire : ce serait un temps pendant lequel les enseignants seraient par là empêchés de « s’engager davantage ». C’est considérer que la seule action réelle des enseignants envers leur public se joue dans le face-à-face ou dans l’établissement : c’est nier que le temps passé chez soi à préparer les cours ou corriger les copies est un temps travaillé. C’est dénier l’intrication des différentes temporalités dans la vie quotidienne des professeurs. Car le temps dit de loisir concourt tout autant au travail du professeur qui se réalise en classe. En tant qu’instructeur et éducateur,
un professeur ne cesse pour ainsi dire jamais de mettre ses expériences au service de son métier. La réforme du statut des enseignants s’inscrit dans une logique particulièrement visible lorsqu’est en question le statut des intermittents du spectacle : dissociation entre temps d’emploi réalisé rémunéré (sous forme d’annualisation des heures) et temps de travail effectif non rémunéré (dont la quantité dépasse largement celle du temps d’emploi), tandis que la formation ou l’autoformation (hors de toute comptabilité) ne cessent jamais. Comme le rappelait le président de la République à propos de l’ensemble de mesures présentées depuis son élection : « Toutes ces réformes [retraite, fonction publique etc.] se tiennent, […] elles forment un ensemble cohérent pour réhabiliter le travail ». En témoigne la façon dont le ministère envisage de revaloriser le métier d’enseignant, par la revalorisation de la rémunération au détriment du temps « libre » hors de la classe, en s’appuyant sur l’annualisation d’heures supplémentaires défiscalisées. Ce n’est rien d’autre que de reprendre le modèle de la loi TEPA (la loi en faveur du travail, de l’emploi et du pouvoir d’achat, comportant le dispositif de la détaxation des heures supplémentaires), une des premières mesures adoptées lors de la nouvelle législature pour revenir sur ce qui restait des 35 heures. Le budget 2008, sur lequel repose toute la réforme pour l’exercice en cours, prévoit une forte augmentation du nombre d’heures supplémentaires proposées aux enseignants. L’avis rendu par Philippe Richert au nom de la commission des Affaires culturelles de l’Assemblée nationale le signalait : «[…] la suppression de 3 500 emplois dans le second degré public et de 700 emplois dans le privé sous contrat se traduira par la création de
75 600 heures supplémentaires années (HSA) […]
 ». Et c’est par la « libération » d’heures supplémentaires que le ministère entend faire en sorte que les professeurs mettent en oeuvre les dispositions prévues par la réforme : «[…] la mise en place de l’accompagnement éducatif dans les collèges de l’éducation prioritaire […] généralis[ée] à l’ensemble des collèges en septembre 2008 sera rendue possible grâce à l’ouverture de 1,2 million d’heures supplémentaires effectives (HSE) […] » proposées à ceux qui seraient volontaires.



Comme l’a complaisamment rappelé le président de la République : « je ne suis pas un idéologue. J’essaie de faire réfléchir les gens. » Prendre acte du malaise des enseignants, de leur appauvrissement et de la dévalorisation, à leurs yeux mêmes, de leur métier et apporter comme remède moins de professeurs, plus d’heures supplémentaires, donc plus d’argent par professeur : derrière la simplicité de ce syllogisme, n’y a-t-il pas un vice (idéo)logique ?



Car la répartition du salaire entre rémunération et temps rend difficile ce qui semble constituer l’obsession du gouvernement : le contrôle budgétaire et gestionnaire de la fonction publique d’État, que la publication du Livre blanc de la fonction publique rend claire aux yeux de tous. Une pièce maîtresse en est la généralisation de l’évaluation, une procédure qui trouve son fondement… à l’École. La classe, comme le système scolaire dans son ensemble, est en fait déjà organisé par la hiérarchisation des individus, par l’attribution d’une « juste place » à chacun et, conséquemment, par la mise au ban d’un certain nombre. La culture inculquée aux enfants, dès leur très jeune âge, est donc celle de la mise en concurrence. On voit donc bien comment l’évaluation des professeurs est pensée sur le même modèle, c’est-à-dire celui, non participatif, d’une source unique qu’on ne saurait mettre en cause. Elle est par ailleurs couplée à une volonté oligarchique. Il s’agit d’établir un niveau d’excellence localisé (en recourant aussi aux bons offices de lycées privés érigés en promoteurs de dits « internats d’excellence »), réservé à une élite (à quel public en effet le « lycée d’excellence » prévu pour 2012 ouvrira-t-il ses portes ?), dont la suppression de la carte scolaire laisse bien entrevoir quel sera le mode de sélection. L’évaluation au service de l’excellence n’est donc qu’une formule masquant ce qu’il est difficile de ne pas voir se profiler : un enseignement à deux vitesses.



De toutes les propositions du rapport Pochard, un bon nombre devrait passer à la trappe. Mais le mouvement est bel et bien amorcé qui du lycée fait la simple antichambre de l’université (elle aussi réorganisée en vue de l’autonomie et de ladite « excellence »), le lieu où regrouper le petit nombre des élus à l’éducation de qualité, tandis que le reste de la troupe s’en ira grossir les rangs de ceux dont le marché du travail exigera seulement qu’ils aient incorporé une forme de docilité sociale. Logique du compte et logique de l’évaluation concourent à renforcer une logique hiérarchique fondée sur la mise en concurrence des individus, professeurs autant qu’élèves, qui permet de renforcer le contrôle exercé à leur égard. Voilà qui est bien loin même de la mission de formation « citoyenne » qui avait été dévolue à l’École aux temps de sa fondation républicaine. Voilà qui est encore plus loin des objectifs de démocratisation et d’émancipation des individus qui furent un temps ceux de l’institution, et que défendent aujourd’hui un certain nombre de professeurs.



L’École a besoin de plus que de la simple défense du statu quo, à laquelle nul ne tient plus. Elle a besoin que toutes les énergies de ceux qui y consacrent leur existence soient mobilisées pour éviter qu’elle ne devienne plus encore qu’elle ne l’est déjà (voir les cas d’arrestation de parents et d’enfants en situation irrégulière dans l’enceinte ou à proximité de certaines écoles, voir la création du fichier informatique Base Élèves, de rubriques portant sur la nationalité, la date d’entrée sur le territoire, la langue parlée à la maison et la culture d’origine des élèves) le lieu d’un contrôle social exacerbé.



Les enseignants ne pourront répondre qu’à condition d’adopter une position offensive et de promouvoir eux-mêmes la critique de l’institution et de ses pratiques, tout particulièrement le système de notation2). La légitimité dans l’espace public et donc l’efficacité politique de leur résistance en seraient décuplées.




Claire Saint-Germain
Claire Saint-Germain est membre de l'équipe éditoriale de La Revue Internationale des Livres et des Idées.
Pour citer cet article : Claire Saint-Germain, « Le double discours de la réforme de l’école », in La Revue Internationale des Livres et des Idées, 17/09/2008, url: http://www.revuedeslivres.net/articles.php?idArt=266
Rechercher :
Espace abonnés
Mot de passe oublié ?
Rili, Numéro 7, sept-oct 2008

Numéro 7

sept-oct 2008


Paul-André Claudel - Les chiffonniers du passé. Pour une approche archéologique des phénomènes littéraires

à propos de
Laurent Olivier, Le Sombre Abîme du temps. Mémoire et archéologie


Nous ne sommes pas des modèles d’intégration

Claire Saint-Germain - Le double discours de la réforme de l’école

Yann Moulier Boutang - Le prisme de la crise des subprimes :la seconde mort de Milton Friedman

Nicole Caligaris - Dans le panorama

Giuseppe Cocco - Le laboratoire sud-américain

à propos de
Marc Saint-Upéry, Le Rêve de Bolivar. Le défi des gauches sud-américaines


Emir Sader - Construire une nouvelle hégémonie

Maurizio Lazzarato - Mai 68, la « critique artiste » et la révolution néolibérale

à propos de
Luc Boltanski et Ève Chiapello, Le Nouvel Esprit du capitalisme


Bruce Robbins - Du cynisme et des droits

à propos de
Michel Feher (dir.), Gaëlle Krikorian et Yates McKee, Nongovernmental Politics
Nicolas Guilhot, The Democracy Makers : Human Rights and International Order


Stéphane Dufoix - Le champ de l’épars. Naissance et histoire du « genre diasporique »

à propos de
Mishra Sudesh, Diaspora Criticism


Harry Harootunian - Héros et victimes

à propos de
Enzo Traverso, À feu et à sang. De la guerre civile européenne, 1914-1945


Carl Henrik Fredriksson - La re-transnationalisation de la critique littéraire

Stephen Burt - L’envers du décor

à propos de
Philip K. Dick,


Patrick Tsaï et Madi Ju - journal « My Little Dead Dick » (extrait)

Harry Harootunian - Surplus d’histoires, excès de mémoires

à propos de
Enzo Traverso, Le Passé, modes d’emploi. Histoire, mémoire, politique




Articles en accès libre

Yves Citton - Foules, nombres, multitudes : qu'est-ce qu'agir ensemble ?

à propos de
Collectif, Local Contemporain n°5
Thomas Berns, Gouverner sans gouverner. Une archéologie politique de la statistique
Pascal Nicolas-Le Strat, Expérimentations politiques
Pascal Nicolas-Le Strat, Moments de l'expérimentation


Philippe Minard - « À bas les mécaniques ! »: du luddisme et de ses interprétations

à propos de
François Jarrige, Au temps des "tueuses à bras". Les bris de machines à l'aube de l'ère industrielle (1780-1860)


Jérôme Vidal - La dernière « intox »
de l’industrie atomique :
le nucléaire, une énergie propre et sûre

à propos de
À propos de Frédéric Marillier, EPR. L’impasse nucléaire,


Charlotte Nordmann - Insoutenable nucléaire

à propos de
À propos de Laure Noualhat, Déchets, le cauchemar du nucléaire,


A l'attention de nos lecteurs et abonnés

La Revue internationale des Livres et des Idées reparaît en septembre !

"Penser à gauche. Figures de la pensée critique" en librairie

Jean-Numa Ducange - Editer Marx et Engels en France : mission impossible ?

à propos de
Miguel Abensour et Louis Janover, Maximilien Rubel, pour redécouvrir Marx
Karl Marx, Le Capital


J. R. McNeill - La fin du monde est-elle vraiment pour demain ?

à propos de
Jared Diamon, Effondrement. Comment les sociétés décident de leur disparition ou de leur survie


Antonio Negri - Produire le commun. Entretien avec Filippo Del Lucchese et Jason E. Smith

Alfredo Gomez-Muller - Les luttes des "indigènes en Bolivie : un renouveau du socialisme ?

Arne Næss et la deep ecology: aux sources de l'inquiétude écologiste

Comment vivons-nous ? Décroissance, "allures de vie" et expérimentation politique. Entretien avec Charlotte Nordmann et Jérôme Vidal

Giovanna Zapperi - Neutraliser le genre ?

à propos de
Camille Morineau, L'adresse du politique


Politiques du spectateur

Partha Chatterjee - L’Inde postcoloniale ou la difficile invention d’une autre modernité

Le climat de l’histoire: quatre thèses

Alice Le Roy - Écoquartier, topos d’une écopolitique ?

Jérôme Vidal et Charlotte Nordmann - J’ai vu « l’Esprit du monde », non pas sur un cheval, mais sur un nuage radioactif : il avait le visage d’Anne Lauvergeon1 (à la veille du sommet de l’ONU sur les changements climatiques)

Charlotte Nordmann et Bernard Laponche - Entre silence et mensonge. Le nucléaire, de la raison d’état au recyclage « écologique »

Jérôme Ceccaldi - Quelle école voulons-nous?

Yves Citton - Beautés et vertus du faitichisme

Marie Cuillerai - Le tiers-espace, une pensée de l’émancipation

Tiphaine Samoyault - Traduire pour ne pas comparer

Sylvie Thénault - Les pieds-rouges, « gogos » de l’indépendance de l’Algérie ?

Michael Löwy - Theodor W. Adorno, ou le pessimisme de la raison

Daniel Bensaïd - Une thèse à scandale : La réaction philosémite à l’épreuve d’un juif d’étude

Bourdieu, reviens : ils sont devenus fous ! La gauche et les luttes minoritaires

Samuel Lequette - Prigent par lui-même – Rétrospections, anticipations, contacts

Laurent Folliot - Browning, poète nécromant

David Macey - Le « moment » Bergson-Bachelard

Hard Times. Histoires orales de la Grande Dépression (extrait 2: Evelyn Finn)

La traversée des décombres

à propos de
Bruno Tackels, Walter Benjamin. Une vie dans les textes


Delphine Moreau - De qui se soucie-t-on ? Le care comme perspective politique

Hard Times. Histoires orales de la Grande Dépression (extrait 1: Clifford Burke)

Thomas Coutrot - La société civile à l’assaut du capital ?

Anselm Jappe - Avec Marx, contre le travail

à propos de
Moishe Postone, Temps, travail et domination sociale
Isaac I. Roubine, Essais sur la théorie de la valeur de Marx


L'histoire du Quilt

Jacques Rancière - Critique de la critique du « spectacle »

Yves Citton - Michael Lucey, ou l'art de lire entre les lignes

à propos de
Michael Lucey, Les Ratés de la famille.


Wendy Brown - Souveraineté poreuse, démocratie murée

Marc Saint-Upéry - Y a-t-il une vie après le postmarxisme ?

à propos de
Ernesto Laclau et Chantal Mouffe, Hégémonie et stratégie socialiste


Razmig Keucheyan - Les mutations de la pensée critique

à propos de
Göran Therborn, From Marxism to Postmarxism?


Yves Citton et Frédéric Lordon - La crise, Keynes et les « esprits animaux »

à propos de
George A. Akerlof et Robert J. Shiller , Animal Spirits


Yves Citton - La crise, Keynes et les « esprits animaux »

à propos de
A. Akerlof et Robert J. Shiller, Animal Spirits
John Maynard Keynes, Théorie générale de l’emploi, de l’intérêt et de la monnaie


Version intégrale de : Le Hegel husserliannisé d’Axel Honneth. Réactualiser la philosophie hégélienne du droit

à propos de
Axel Honneth, Les pathologies de la liberté. Une réactualisation de la philosophie du droit de Hegel


Caroline Douki - No Man’s Langue. Vie et mort de la lingua franca méditerranéenne

à propos de
Jocelyne Dakhlia, Lingua franca. Histoire d’une langue métisse en Méditerrannée


Pierre Rousset - Au temps de la première altermondialisation. Anarchistes et militants anticoloniaux à la fin du xixe siècle

à propos de
Benedict Anderson, Les Bannières de la révolte


Yves Citton - Démontage de l’Université, guerre des évaluations et luttes de classes

à propos de
Christopher Newfield, Unmaking the Public University
Guillaume Sibertin-Blanc et Stéphane Legrand, Esquisse d’une contribution à la critique de l’économie des savoirs
Oskar Negt, L’Espace public oppositionnel


Christopher Newfield - L’Université et la revanche des «élites» aux États-Unis

Antonella Corsani, Sophie Poirot-Delpech, Kamel Tafer et Bernard Paulré - Le conflit des universités (janvier 2009 - ?)

Judith Revel - « N’oubliez pas d’inventer votre vie »

à propos de
Michel Foucault, Le Courage de la vérité, t. II, Le gouvernement de soi et des autres


Naomi Klein - Ca suffit : il est temps de boycotter Israël

Henry Siegman - Les mensonges d'Israël

Enzo Traverso - Le siècle de Hobsbawm

à propos de
Eric J. Hobsbawm, L’Âge des extrêmes. Histoire du court XXe siècle (1914-1991)


Yves Citton - La pharmacie d'Isabelle Stengers : politiques de l'expérimentation collective

à propos de
Isabelle Stengers, Au temps des catastrophes. Résister à la barbarie qui vient


Isabelle Stengers - Fabriquer de l'espoir au bord du gouffre

à propos de
Donna Haraway,


Serge Audier - Walter Lippmann et les origines du néolibéralisme

à propos de
Walter Lippmann, Le Public fantôme
Pierre Dardot et Christian Laval, La Nouvelle Raison du monde. Essai sur la société néolibérale


Nancy Fraser - La justice mondiale et le renouveau de la tradition de la théorie critique

Mathieu Dosse - L’acte de traduction

à propos de
Antoine Berman, L’Âge de la traduction. « La tâche du traducteur » de Walter Benjamin, un commentaire


Daniel Bensaïd - Sur le Nouveau Parti Anticapitaliste

à propos de
Jérôme Vidal, « Le Nouveau Parti Anticapitaliste, un Nouveau Parti Socialiste ? Questions à Daniel Bensaïd à la veille de la fondation du NPA », RiLi n°9


Iconographie (légende)

La RiLi a toutes ses dents !

Yves Citton - La passion des catastrophes

Marielle Macé - La critique est un sport de combat

David Harvey - Le droit à la ville

Grégory Salle - Dérives buissonières au pays du dedans

Bibliographies commentées: "L'étude des camps" et "Frontière, citoyenneté et migrations"

Jérôme Vidal PS - Le Nouveau Parti Anticapitaliste, un Nouveau Parti Socialiste ? Questions à Daniel Bensaïd à la veille de la fondation du NPA

Marc Saint-Upéry - Amérique latine : deux ou trois mondes à découvrir

à propos de
Georges Couffignal (dir.), Amérique latine. Mondialisation : le politique, l’économique, le religieux
Franck Gaudichaud (dir.), Le Volcan latino-américain. Gauches, mouvements sociaux et néolibéralisme en Amérique latine
Hervé Do Alto et Pablo Stefanoni, Nous serons des millions. Evo Morales et la gauche au pouvoir en Bolivie
Guy Bajoit, François Houtart et Bernard Duterme, Amérique latine : à gauche toute ?


Bibliographie indicative sur l'Amérique latine: Néoprantestatisme, Migrations, Revues, et Biographies présidentielles

Peter Hallward - Tout est possible

L’anthropologie sauvage

Le Comité un_visible

Thomas Boivin - Le Bédef ou l’art de se faire passer pour un petit.

Frédéric Lordon - Finance : La société prise en otage

Mahmood Mamdani - Darfour, Cour pénale internationale: Le nouvel ordre humanitaire

André Tosel - Penser le contemporain (2) Le système historico-politique de Marcel Gauchet.Du schématisme à l’incertitude

à propos de
Marcel Gauchet, L’Avènement de la démocratie, tomes I et II


« Nous sommes la gauche »

André Tosel - Article en version intégrale. Le système historico-politique de Marcel Gauchet : du schématisme a l’incertitude.

à propos de
Marcel Gauchet,


Paul-André Claudel - Les chiffonniers du passé. Pour une approche archéologique des phénomènes littéraires

à propos de
Laurent Olivier, Le Sombre Abîme du temps. Mémoire et archéologie


Nous ne sommes pas des modèles d’intégration

Claire Saint-Germain - Le double discours de la réforme de l’école

Yann Moulier Boutang - Le prisme de la crise des subprimes :la seconde mort de Milton Friedman

Giuseppe Cocco - Le laboratoire sud-américain

à propos de
Marc Saint-Upéry, Le Rêve de Bolivar. Le défi des gauches sud-américaines


Emir Sader - Construire une nouvelle hégémonie

Maurizio Lazzarato - Mai 68, la « critique artiste » et la révolution néolibérale

à propos de
Luc Boltanski et Ève Chiapello, Le Nouvel Esprit du capitalisme


Carl Henrik Fredriksson - La re-transnationalisation de la critique littéraire

Harry Harootunian - Surplus d’histoires, excès de mémoires

à propos de
Enzo Traverso, Le Passé, modes d’emploi. Histoire, mémoire, politique


Stephen Bouquin - La contestation de l’ordre usinier ou les voies de la politique ouvrière

à propos de
Xavier Vigna, L’Insubordination ouvrière dans les années 68. Essai d’histoire politique des usines


Jérôme Vidal - La compagnie des Wright

Nicolas Hatzfeld, Xavier Vigna, Kristin Ross, Antoine Artous, Patrick Silberstein et Didier Epsztajn - Mai 68 : le débat continue

à propos de
Xavier Vigna, « Clio contre Carvalho. L’historiographie de 68 », publié dans la RILI n° 5


Nicolas Hatzfeld - L’insubordination ouvrière, un incontournable des années 68

à propos de
Xavier Vigna, L’Insubordination ouvrière dans les années 68. Essai d’histoire politique des usines


Thierry Labica - L’Inde, ou l’utopie réactionnaire

à propos de
Roland Lardinois, L’Invention de l’Inde. Entre ésotérisme et science


Christophe Montaucieux - Les filles voilées peuvent-elles parler ?

à propos de
Ismahane Chouder, Malika Latrèche et Pierre Tevanian, Les Filles voilées parlent


Yves Citton et Philip Watts - gillesdeleuzerolandbarthes.

à propos de
Les cours de Gilles Deleuze en ligne
François Dosse, Gillesdeleuzefélixguattari. Biographie croisée
Roland Barthes, Le Discours amoureux. Séminaire de l’École pratique des hautes études


Journal d’Orville Wright, 1902 / 1903

Yves Citton - Il faut défendre la société littéraire

à propos de
Jacques Bouveresse, La Connaissance de l’écrivain. Sur la littérature, la vérité et la vie
Tzvetan Todorov, La Littérature en péril
Pierre Piret (éd.), La Littérature à l’ère de la reproductibilité technique. Réponses littéraires aux nouveaux dispositifs représentatifs créés par les médias modernes
Emmanuel Le Roy Ladurie, Jacques Berchtold & Jean-Paul Sermain, L’Événement climatique et ses représentations (xviie – xixe siècles)


Marc Escola - Voir de loin. Extension du domaine de l'histoire littéraire

à propos de
Franco Moretti, Graphes, cartes et arbres. Modèles abstraits pour une autre histoire de la littérature


Xavier Vigna - Clio contre Carvalho. L'historiographie de 68

à propos de
Antoine Artous, Didier Epstajn et Patrick Silberstein (coord.), La France des années 68
Serge Audier, La Pensée anti-68
Philippe Artières et Michelle Zancarini-Fournel (dir.), 68, une histoire collective
Dominique Damamme, Boris Gobille, Frédérique Matonti et Bernard Pudal, Mai-juin 68


Peter Hallward - L'hypothèse communiste d'Alain Badiou

à propos de
Alain Badiou, De Quoi Sarkozy est-il le nom ? Circonstances, 4


François Cusset - Le champ postcolonial et l'épouvantail postmoderne

à propos de
Jean-Loup Amselle, L’Occident décroché. Enquête sur les postcolonialismes


Warren Montag - Sémites, ou la fiction de l’Autre

à propos de
Gil Anidjar, Semites : Race, Religion, Literature


Alain de Libera - Landerneau terre d'Islam

Frédéric Neyrat - Géo-critique du capitalisme

à propos de
David Harvey, Géographie de la domination


Les « temps nouveaux », le populisme autoritaire et l’avenir de la gauche. Détour par la Grande-Bretagne

à propos de
Stuart Hall, Le Populisme autoritaire. Puissance de la droite et impuissance de la gauche au temps du thatchérisme et du blairisme


Artistes invités dans ce numéro

Elsa Dorlin - Donna Haraway: manifeste postmoderne pour un féminisme matérialiste

à propos de
Donna Haraway, Manifeste cyborg et autres essais


François Héran - Les raisons du sex-ratio

à propos de
Éric Brian et Marie Jaisson, Le Sexisme de la première heure :


Michael Hardt - La violence du capital

à propos de
Naomi Klein, The Shock Doctrine


Giorgio Agamben et Andrea Cortellessa - Le gouvernement de l'insécurité

Cécile Vidal - La nouvelle histoire atlantique: nouvelles perspectives sur les relations entre l’Europe, l’Afrique et les Amériques du xve au xixe siècle

à propos de
John H. Elliott, Empires of the Atlantic World
John H. Elliott, Imperios del mundo atlántico


Antonio Mendes - A bord des Négriers

à propos de
Marcus Rediker, The Slave Ship. A Human History


Nicolas Hatzfeld - 30 ans d'usine

à propos de
Marcel Durand, Grain de sable sous capot. Résistance et contre-culture ouvrière


Charlotte Nordmann - La philosophie à l'épreuve de la sociologie

à propos de
Louis Pinto, La vocation et le métier de philosophe


Enzo Traverso - Allemagne nazie et Espagne inquisitoriale. Le comparatisme historique de Christiane Stallaert

à propos de
Christiane Stallaert, Ni Una Gota De Sangre Impura


Stéphane Chaudier - Proust et l'antisémitisme

à propos de
Alessandro Piperno, Proust antijuif


Artistes invités dans ce numéro

Enzo Traverso - Interpréter le fascisme

à propos de
George L. Mosse, Zeev Sternhell, Emilio Gentile,


Guillermina Seri - Terreur, réconciliation et rédemption : politiques de la mémoire en Argentine

Daniel Bensaïd - Et si on arrêtait tout ? "L'illusion sociale" de John Holloway et de Richard Day

à propos de
John Holloway, Changer le monde sans prendre le pouvoir
Richard Day, Gramsci is dead


Chantal Mouffe - Antagonisme et hégémonie. La démocratie radicale contre le consensus néolibéral

Slavoj Zizek - La colère, le ressentiment et l’acte

à propos de
Peter Sloterdijk, Colère et Temps


Isabelle Garo - Entre démocratie sauvage et barbarie marchande

Catherine Deschamps - Réflexions sur la condition prostituée

à propos de
Lilian Mathieu, La Condition prostituée


Yves Citton - Pourquoi punir ? Utilitarisme, déterminisme et pénalité (Bentham ou Spinoza)

à propos de
Xavier Bébin, Pourquoi punir ?


Jérôme Vidal - Les formes obscures de la politique, retour sur les émeutes de novembre 2005

à propos de
Gérard Mauger, L’Émeute de novembre 2005 : une révolte protopolitique


Artistes invités dans ce numéro

Judith Butler - « Je suis l’une des leurs, voilà tout » : Hannah Arendt, les Juifs et les sans-état

à propos de
Hannah Arendt, The Jewish Writings


Christian Laval - Penser le néolibéralisme

à propos de
Wendy Brown, Les Habits neufs de la politique mondiale


Yves Citton - Projectiles pour une politique postradicale

à propos de
Bernard Aspe, L’Instant d’après. Projectiles pour une politique à l’état naissant
David Vercauteren, Micropolitiques des groupes. Pour une écologie des pratiques collectives


Philippe Pignarre - Au nom de la science

à propos de
Sonia Shah , Cobayes humains


Jérôme Vidal - Gérard Noiriel et la République des « intellectuels »

à propos de
Gérard Noiriel, Les Fils maudits de la République


Marc Escola - Les fables théoriques de Stanley Fish

à propos de
Stanley Fish, Quand lire c’est faire, L’autorité des communautés interprétatives


Artistes invités dans ce numéro

Philippe Minard - Face au détournement de l’histoire

à propos de
Jack Goody, The Theft of History


Vive la pensée vive !

Yves Citton - Éditer un roman qui n’existe pas

à propos de
Jean Potocki, Manuscrit trouvé à Saragosse


Frédéric Neyrat - à l’ombre des minorités séditieuses

à propos de
Arjun Appadurai, Géographie de la colère : La violence à l’âge de la globalisation


Frédéric Neyrat - Avatars du mobile explosif

à propos de
Mike Davis, Petite histoire de la voiture piégée


Thierry Labica et Fredric Jameson - Le grand récit de la postmodernité

à propos de
Fredric Jameson, Le Postmodernisme ou la logique culturelle du capitalisme tardif
Fredric Jameson, La Totalité comme complot


Alberto Toscano - L’anti-anti-totalitarisme

à propos de
Michael Scott Christofferson, French Intellectuals Against the Left


Jérôme Vidal - Silence, on vote : les «intellectuels» et le Parti socialiste

Artistes invités dans ce numéro