Accueil | Qui sommes-nous? | Numéros parus | Se procurer la RiLi | S'abonner | Newsletter | Contacts | Liens | La toile de la RiLi

Les raisons du sex-ratio

à propos de Éric Brian et Marie Jaisson, Le Sexisme de la première heure : hasard et sociologie

par François Héran

à propos de

Éric Brian et Marie Jaisson

Le Sexisme de la première heure :

hasard et sociologie

On a coutume d’enseigner aux apprentis démographes qu’il naît en tout temps et en tous lieux environ 105 garçons pour 100 filles, soit 51,2 % de garçons. Or les biologistes, malgré d’intenses recherches, n’ont aucune idée du mécanisme qui pourrait expliquer ce léger déséquilibre, mesuré depuis le XVIIe siècle. Quels facteurs, naturels ou sociologiques, pourraient permettre d’expliquer cet écart ?



Les démographes ne s’intéressent pas pour lui-même à l’écart constaté entre le nombre des filles et celui des garçons à la naissance; ils s’en servent comme d’une toile de fond sur laquelle se détachent les variations anormales du sex-ratio, et ce sont ces dernières qu’ils étudient. Un sex-ratio qui passe de 105 à 120 ou 130 (soit 52,2 % et 56,5 % de naissances masculines) ne peut être dû qu’à une action perturbatrice d’origine politique ou sociale. C’est le cas des États de l’Inde du sud (comme le Kerala), de la Chine ou de la Corée du Sud, où la volonté d’avoir un garçon à tout prix est entrée en collision avec la réduction de la fécondité à un ou deux enfants (qu’il s’agisse d’une politique officielle ou d’un comportement privé) : la technique de l’échographie permet de déterminer à temps le sexe du foetus et d’éliminer une partie des filles avant la naissance, avec pour effet trente ans plus tard de déséquilibrer le marché matrimonial .



Tout cela est bien connu d’Éric Brian et de Marie Jaisson, mais leur effort vise à dépasser cette vulgate. Armés de leur science – ou plutôt de leurs sciences, car le duo cumule d’exceptionnelles compétences en statistique, en histoire des sciences et en sociologie –, ils ont décidé de reprendre entièrement le dossier dans une série de publications, dont Le Sexisme de la première heure . Leur idée centrale consiste à remettre en cause la toile de fond des 105 naissances masculines pour 100 naissances féminines. Et si cet écart, loin d’être naturel, était déjà lui-même le produit d’une intervention sociale ? S’il était possible d’en rendre compte avec les mêmes facteurs explicatifs que les écarts les plus spectaculaires, comme ceux de l’Extrême-Orient ? Brian et Jaisson le savent, aucune découverte en physiologie de la reproduction ne vient soutenir cette hypothèse. Les biologistes de l’évolution, pour leur part, constatent que la parité des sexes à la naissance s’observe dans la plupart des populations animales. Leur explication principale, formulée dès 1930 par Ronald Fisher, est que la sélection naturelle favorise la reproduction des populations qui dépensent la même énergie pour les deux sexes. Tout en signalant cette théorie, Brian et Jaisson suivent eux-mêmes une tout autre méthode. Ils cherchent à reproduire par un modèle unique toutes les variations historiques et géographiques qui éloignent le sex-ratio de la parité, ce qui les conduite ensuite à privilégier la piste du traitement social de la reproduction dans les périodes pré-, péri- et postnatale. Disons-le d’emblée : malgré des zones d’ombre, leur démonstration est stimulante et bien propre à secouer les certitudes des démographes.



Brian et Jaisson insistent sur un point de méthode : rares étaient les diagnostics sur les variations du sex-ratio qui pouvaient jusqu’ici s’appuyer sur des séries chiffrées suffisamment copieuses, c’est-à-dire portant plutôt sur de grands pays et accumulées de longue date par les instituts nationaux de statistique (deux siècles ne sont pas de trop pour y parvenir). Maurice Halbwachs, par exemple, avait cru démontrer que la proportion de naissances masculines augmentait avec l’écart d’âge entre les parents . Or, il avait eu beau brasser sans ordinateur des dizaines de milliers de bulletins d’état civil, c’était encore trop peu pour rendre ses résultats significatifs : les variations du sex-ratio selon l’âge relatif du père débordaient les intervalles de confiance autorisés, comme le montre aujourd’hui l’analyse de séries plus longues.



Les raisons des variations



Parcourant les pays et les périodes, Brian et Jaisson observent que le pourcentage de naissances masculines présente en maintes occasions des variations significatives qui ne sont pas explicables naturellement. Le sex-ratio a connu une longue baisse au long du XIXe siècle, avant de remonter brusquement au début de la Grande Guerre, pour retomber rapidement par la suite. Un ressaut analogue, mais moins accusé, apparaît pendant la seconde guerre mon¬diale. Hormis ces deux épisodes, la France a connu au long du XXe siècle une hausse légère mais continue du sex-ratio, de 51,0 % en 1900 à 51,2 % en 2000. Au Japon, les naissances féminines ont chuté en 1906 et en 1966, deux années réputées néfastes pour les futurs maris, avant de décroître lentement vers le niveau actuel, 51,3%. Inversement, cas unique, le surcroît de naissances masculines est quasiment nul au Mexique.



Comment expliquer ces variations ? La conviction profonde des auteurs est qu’il serait de mauvaise méthode d’inventer à chaque fois une explication ad hoc. On peut invoquer, selon les cas, l’infanticide sélectif, le mauvais enregistrement des naissances, l’effet mystérieux des guerres (que certains ont imputé à tort à une masculinité plus forte des conceptions rapides réalisées pendant les permissions) ou les soins inégaux portés aux premiers instants de la vie selon le sexe de l’enfant. Brian et Jaisson reprennent ces facteurs en les intégrant dans un modèle unique, sous forme de paramètres dont seules les valeurs varient en fonction des pays et des époques. Pour la France du XXe siècle, par exemple, où le calcul porte sur un total de 75 millions de naissances, une dizaine de paramètres leur permettent de reconstituer avec une faible marge d’erreur les variations observées au fil du temps.



Certains de ces paramètres sont assez techniques, comme le caractère plus ou moins brutal de la variation initiale du sex-ratio et sa durée de « dissipation ». En France, le retour à la « normale » a nécessité 17 ans après la Grande Guerre et 14 ans après la seconde guerre mondiale, alors qu’au Japon, le choc de 1966 a mis seulement quatre ans et demi à se dissiper. Un autre paramètre mesure finement les phénomènes d’oscillation. Mais ces calculs de physique sociale plutôt insolites accompagnent le phénomène plus qu’ils ne le caractérisent. Brian et Jaisson montrent bien que les deux paramètres qui synthétisent le mieux les variations du sex-ratio sont l’intensité de la discrimination sexuelle et son taux de pénétration dans la société. L’intensité de la discri¬mination (toutes modalités confondues) se mesure par les chances relatives de survie des filles, tandis que la sensibilité des entourages à cette pression discriminatoire est approchée par la proportion de naissances concernées. Certaines sociétés ont des tendances discriminatoires assez faibles mais diffusées dans tout le corps social, alors que d’autres, à l’inverse, font preuve d’une discrimination intense mais limitée à certains milieux, voire à une mince frange de la société (pas plus de 1 % dans certains cas). Ayant commodément réduit les variations du sex-ratio à une combinaison variable de ces deux facteurs, Brian et Jaisson peuvent, dans un second temps, cibler davantage le diagnostic et passer à l’analyse sociologique.



La discrimination des filles



Comment expliquer le déficit de naissances féminines d’environ 1 % observé en France lors des deux guerres mondiales ? Brian et Jaisson l’imputent au fait que les guerres sont propices à un relâchement des normes d’égalité dans le traitement des deux sexes, conformément à l’adage « à la guerre comme à la guerre ! » Comportement très minoritaire, mais suffisamment intense pour réduire la part des naissances féminines dans la moyenne natio¬nale. Avec le retour à la paix, les filles nées au sein de la minorité retrouvent toute l’attention qu’on leur accordait avant-guerre.



Dans le cas du Japon, la crainte d’une dangerosité des filles est diffuse dans le corps social et c’est dans le temps qu’il lui arrive de se concentrer. L’année du « Cheval du feu », qui revient tous les soixante ans, est réputée de mauvais augure : les filles nées en 1906 et en 1966 constituent une menace mortelle pour leur futur époux. Les Japonais ont contourné le problème en déclarant une partie de ces naissances dans le mois qui précéda l’année fatale ou dans le mois qui le suivit. Mais un tel déplacement suppose de négocier la date exacte de naissance avec les médecins. En raison, semble-t-il, d’une tenue plus stricte de l’état civil, l’effet a été moins sensible autour de l’année 1966 qu’autour de l’année 1906.



Pourquoi la plupart des pays développés maintiennent-ils une proportion de naissances masculines autour de 51,2 % ? Dans un pays comme la France, l’avortement sélectif et l’infanticide n’atteignent pas l’ordre de grandeur propre à expliquer le surcroît annuel de 18 000 naissances masculines. Les ambiguïtés sexuelles à la naissance ne jouent pas davantage. Brian et Jaisson se tournent vers d’autres facteurs : le statut juridique des enfants, l’entourage de l’enfant à naître, l’environne¬ment médical de la naissance. Longtemps, les garçons nés hors mariage avaient plus de chances d’être reconnus que les filles et, de ce fait, étaient mieux traités en début de vie (une différence relevée dès 1830 par le statisticien Denis Poisson). On constate aussi que la proportion de garçons est légèrement plus faible (0,2 % de moins) chez les troisième et quatrième enfants, comme si l’on préservait mieux le garçon annoncé par une échographie. Plus problématique est cette troisième hypothèse : l’idée que les naissances masculines sont plus difficiles et donnent des bébés plus fragiles serait assez répandue chez les obstétriciens, en sorte qu’ils auraient tendance à leur consacrer un peu plus de temps et de moyens, comme l’a montré une enquête britannique. L’effet reste limité, mais suffisant, toutefois, pour que la volonté de compensation aboutisse à une légère surcompensation, qui relève le sex-ratio. Cette hypothèse d’une sorte de « discrimination positive » d’origine médicale en faveur des garçons expliquerait qu’un pays comme le Mexique atteigne la parité dans le sex-ratio : la société mexicaine réserve un traitement égalitaire aux filles et aux garçons, mais l’accouchement médicalisé n’y est pas encore assez répandu pour qu’apparaisse le léger surcroît de naissances masculines imputable aux préjugés d’une fraction du corps médical. Inversement, la montée du sex-ratio en Suède de 1850 à 1960 serait dû à une médicalisation des naissances bénéficiant davantage aux garçons. Il semblerait, en somme, qu’un peu de médicalisation fait baisser le sex-ratio (comme ce fut le cas au long du XIXe siècle, avec moins de 51 % en 1900) et que beaucoup le rehausse (entre 51,2 et 51,45 depuis les années 1970). Mais les auteurs en sont conscients, pareille hypothèse demanderait encore une sérieuse vérification.



Au total, les sociétés diffèrent par leur degré de tolérance envers la discrimination des filles. La base sociale qui soutient ce comportement discriminatoire peut s’élargir, ou bien ce comportement, largement diffusé, peut s’intensifier, pour peu que le contexte social et historique s’y prête. Moins bien traitées en temps de guerre, davantage méprisées quand elles naissent hors mariage, perçues comme dangereuses à l’occasion des années néfastes, éliminées avant la naissance quand on redoute leur coût économique à venir ou les sanctions d’une politique de l’enfant unique, victimes indirectes des préjugés sur la fragilité des nouveaux-nés mâles qui justifieraient une mobilisation plus grande de la médecine périnatale, les filles sont exposées à toutes sortes d’interventions qui se concen¬trent dans ce que les auteurs appellent « la première heure » (d’où le titre de l’ouvrage), c’est-à-dire cette période critique qui va de la première identification possible du sexe à l’enregistrement officiel de la naissance. Rien de naturel, bien sûr, dans ces inégalités de perception et de traitement. L’écart à la parité 50-50 est un phénomène social qui relève logiquement d’une analyse sociologique.



L’énigme du sex-ratio et les progrès de l’analyse de la régularité des faits sociaux



Ce bref aperçu ne donne qu’une idée des richesses de l’ouvrage, par ailleurs fort bien mis en page. Une trentaine de graphiques tout à fait limpides, de nombreux encadrés sur les auteurs, un index des noms propres et un index des thèmes bien conçus, un format de type livre de poche, des compléments accessibles sur la Toile : tout a été fait pour que sa consultation soit aussi commode et agréable que possible.



Le point faible (où certains verront peut-être un point fort) est d’avoir placé en tête deux chapitres assez techniques sur l’histoire des conceptions du sex-ratio depuis trois siècles. Cette entrée en matière risque de freiner les ardeurs de certains lecteurs. Rien ne les empêche d’entamer l’ouvrage par le troisième chapitre, qui aborde le niveau et les variations du sex-ratio aux XIXe et XXe siècles, dans une perspective à la fois statistique et sociologique. Mais cette stratégie de lecture ne doit surtout pas dispenser de revenir ensuite aux premiers chapitres, qui développent en profondeur la théorie du sex-ratio sous l’angle de l’histoire des sciences. On y découvre que l’énigme du sex-ratio a été l’une des sources de réflexion qui ont fait progresser le calcul des probabilités et l’analyse de la régularité des faits sociaux. Les héros de cette histoire ne sont pas n’importe qui : D’Alembert, Condorcet, Laplace, Poisson, Fourier, Quetelet, Comte, Durkheim, Fisher, Halbwachs.



C’est notamment avec Denis Poisson, vers 1830, qu’émerge l’idée que le surcroît de nais¬sances masculines, même s’il semble relativement stable au vu des données d’expérience, tient à une cause que nous ignorons : si elle « dépend de l’état de la société », elle peut encore varier à l’avenir. Une génération plus tôt, Condorcet, dans son Tableau historique des progrès de l’esprit humain (1794), avait déjà soupçonné qu’un sex-ratio écarté de son niveau habituel pouvait y revenir par le jeu des normes morales et sociales. Halbwachs, enfin, dépassant en cela son maître Durkheim, comprend que l’approche probabiliste permet de dégager les régularités sociales des simples faits de hasard et que cette méthode peut s’appliquer aux causes sociales des variations d’un phénomène comme le sex-ratio. C’est une dimension passionnante du livre d’Éric Brian et de Marie Jaisson de montrer qu’une connaissance appro¬fondie de l’histoire des sciences peut nourrir l’analyse sociologique actuelle des phénomènes démographiques, tout en mettant l’accent sur la question centrale des mécanismes « ordinaires » de discrimination dont les femmes sont les victimes.



François Héran
Démographe et spécialiste de l'immigration, agrégé de philosophie, il dirige actuellement l'Institut national d'études démographiques (INED). Parmi ses publications récentes on compte Immigration, marché du travail, intégration et Le Temps des immigrés (Seuil, Paris, 2007).
Pour citer cet article : François Héran, « Les raisons du sex-ratio », in La Revue Internationale des Livres et des Idées, 07/04/2008, url: http://www.revuedeslivres.net/articles.php?idArt=116
Rechercher :
Espace abonnés
Mot de passe oublié ?
Rili, Numéro 4 , mars-avril 2008

Numéro 4

mars-avril 2008


Terry Castle - Maris et femmes, 1e partie : Claude Cahun et Marcel Moore

à propos de
Louise Downie (ed.), Don’t Kiss Me :


Elsa Dorlin - Donna Haraway: manifeste postmoderne pour un féminisme matérialiste

à propos de
Donna Haraway, Manifeste cyborg et autres essais


François Héran - Les raisons du sex-ratio

à propos de
Éric Brian et Marie Jaisson, Le Sexisme de la première heure :


Michael Hardt - La violence du capital

à propos de
Naomi Klein, The Shock Doctrine


Giorgio Agamben et Andrea Cortellessa - Le gouvernement de l'insécurité

Anne-James Chaton - Portrait : le guitariste

Cécile Vidal - La nouvelle histoire atlantique: nouvelles perspectives sur les relations entre l’Europe, l’Afrique et les Amériques du xve au xixe siècle

à propos de
John H. Elliott, Empires of the Atlantic World
John H. Elliott, Imperios del mundo atlántico


Antonio Mendes - A bord des Négriers

à propos de
Marcus Rediker, The Slave Ship. A Human History


Nicolas Hatzfeld - 30 ans d'usine

à propos de
Marcel Durand, Grain de sable sous capot. Résistance et contre-culture ouvrière


La gauche et Mai 68 : 10 + 20 + 10 ans après

Charlotte Nordmann - La philosophie à l'épreuve de la sociologie

à propos de
Louis Pinto, La vocation et le métier de philosophe


Enzo Traverso - Allemagne nazie et Espagne inquisitoriale. Le comparatisme historique de Christiane Stallaert

à propos de
Christiane Stallaert, Ni Una Gota De Sangre Impura


Stéphane Chaudier - Proust et l'antisémitisme

à propos de
Alessandro Piperno, Proust antijuif


Ian Buruma - Berlin Alexanderplatz ou l'impossible honnêteté

à propos de
Rainer Werner Fassbinder, Berlin Alexanderplatz
Alfred Döblin, Berlin Alexanderplatz
Klaus Biesenbach (dir.), Fassbinder :


Laurence Denimal - [Joubor] du 10/02/04

Terry Castle - Maris et femmes, 2e partie : Gertrude Stein et Alice B. Toklas

à propos de
Janet Malcolm, Two Lives :


Artistes invités dans ce numéro



Articles en accès libre

Yves Citton - Foules, nombres, multitudes : qu'est-ce qu'agir ensemble ?

à propos de
Collectif, Local Contemporain n°5
Thomas Berns, Gouverner sans gouverner. Une archéologie politique de la statistique
Pascal Nicolas-Le Strat, Expérimentations politiques
Pascal Nicolas-Le Strat, Moments de l'expérimentation


Philippe Minard - « À bas les mécaniques ! »: du luddisme et de ses interprétations

à propos de
François Jarrige, Au temps des "tueuses à bras". Les bris de machines à l'aube de l'ère industrielle (1780-1860)


Jérôme Vidal - La dernière « intox »
de l’industrie atomique :
le nucléaire, une énergie propre et sûre

à propos de
À propos de Frédéric Marillier, EPR. L’impasse nucléaire,


Charlotte Nordmann - Insoutenable nucléaire

à propos de
À propos de Laure Noualhat, Déchets, le cauchemar du nucléaire,


A l'attention de nos lecteurs et abonnés

La Revue internationale des Livres et des Idées reparaît en septembre !

"Penser à gauche. Figures de la pensée critique" en librairie

Jean-Numa Ducange - Editer Marx et Engels en France : mission impossible ?

à propos de
Miguel Abensour et Louis Janover, Maximilien Rubel, pour redécouvrir Marx
Karl Marx, Le Capital


J. R. McNeill - La fin du monde est-elle vraiment pour demain ?

à propos de
Jared Diamon, Effondrement. Comment les sociétés décident de leur disparition ou de leur survie


Antonio Negri - Produire le commun. Entretien avec Filippo Del Lucchese et Jason E. Smith

Alfredo Gomez-Muller - Les luttes des "indigènes en Bolivie : un renouveau du socialisme ?

Arne Næss et la deep ecology: aux sources de l'inquiétude écologiste

Comment vivons-nous ? Décroissance, "allures de vie" et expérimentation politique. Entretien avec Charlotte Nordmann et Jérôme Vidal

Giovanna Zapperi - Neutraliser le genre ?

à propos de
Camille Morineau, L'adresse du politique


Politiques du spectateur

Partha Chatterjee - L’Inde postcoloniale ou la difficile invention d’une autre modernité

Le climat de l’histoire: quatre thèses

Alice Le Roy - Écoquartier, topos d’une écopolitique ?

Jérôme Vidal et Charlotte Nordmann - J’ai vu « l’Esprit du monde », non pas sur un cheval, mais sur un nuage radioactif : il avait le visage d’Anne Lauvergeon1 (à la veille du sommet de l’ONU sur les changements climatiques)

Charlotte Nordmann et Bernard Laponche - Entre silence et mensonge. Le nucléaire, de la raison d’état au recyclage « écologique »

Jérôme Ceccaldi - Quelle école voulons-nous?

Yves Citton - Beautés et vertus du faitichisme

Marie Cuillerai - Le tiers-espace, une pensée de l’émancipation

Tiphaine Samoyault - Traduire pour ne pas comparer

Sylvie Thénault - Les pieds-rouges, « gogos » de l’indépendance de l’Algérie ?

Michael Löwy - Theodor W. Adorno, ou le pessimisme de la raison

Daniel Bensaïd - Une thèse à scandale : La réaction philosémite à l’épreuve d’un juif d’étude

Bourdieu, reviens : ils sont devenus fous ! La gauche et les luttes minoritaires

Samuel Lequette - Prigent par lui-même – Rétrospections, anticipations, contacts

Laurent Folliot - Browning, poète nécromant

David Macey - Le « moment » Bergson-Bachelard

Hard Times. Histoires orales de la Grande Dépression (extrait 2: Evelyn Finn)

La traversée des décombres

à propos de
Bruno Tackels, Walter Benjamin. Une vie dans les textes


Delphine Moreau - De qui se soucie-t-on ? Le care comme perspective politique

Hard Times. Histoires orales de la Grande Dépression (extrait 1: Clifford Burke)

Thomas Coutrot - La société civile à l’assaut du capital ?

Anselm Jappe - Avec Marx, contre le travail

à propos de
Moishe Postone, Temps, travail et domination sociale
Isaac I. Roubine, Essais sur la théorie de la valeur de Marx


L'histoire du Quilt

Jacques Rancière - Critique de la critique du « spectacle »

Yves Citton - Michael Lucey, ou l'art de lire entre les lignes

à propos de
Michael Lucey, Les Ratés de la famille.


Wendy Brown - Souveraineté poreuse, démocratie murée

Marc Saint-Upéry - Y a-t-il une vie après le postmarxisme ?

à propos de
Ernesto Laclau et Chantal Mouffe, Hégémonie et stratégie socialiste


Razmig Keucheyan - Les mutations de la pensée critique

à propos de
Göran Therborn, From Marxism to Postmarxism?


Yves Citton et Frédéric Lordon - La crise, Keynes et les « esprits animaux »

à propos de
George A. Akerlof et Robert J. Shiller , Animal Spirits


Yves Citton - La crise, Keynes et les « esprits animaux »

à propos de
A. Akerlof et Robert J. Shiller, Animal Spirits
John Maynard Keynes, Théorie générale de l’emploi, de l’intérêt et de la monnaie


Version intégrale de : Le Hegel husserliannisé d’Axel Honneth. Réactualiser la philosophie hégélienne du droit

à propos de
Axel Honneth, Les pathologies de la liberté. Une réactualisation de la philosophie du droit de Hegel


Caroline Douki - No Man’s Langue. Vie et mort de la lingua franca méditerranéenne

à propos de
Jocelyne Dakhlia, Lingua franca. Histoire d’une langue métisse en Méditerrannée


Pierre Rousset - Au temps de la première altermondialisation. Anarchistes et militants anticoloniaux à la fin du xixe siècle

à propos de
Benedict Anderson, Les Bannières de la révolte


Yves Citton - Démontage de l’Université, guerre des évaluations et luttes de classes

à propos de
Christopher Newfield, Unmaking the Public University
Guillaume Sibertin-Blanc et Stéphane Legrand, Esquisse d’une contribution à la critique de l’économie des savoirs
Oskar Negt, L’Espace public oppositionnel


Christopher Newfield - L’Université et la revanche des «élites» aux États-Unis

Antonella Corsani, Sophie Poirot-Delpech, Kamel Tafer et Bernard Paulré - Le conflit des universités (janvier 2009 - ?)

Judith Revel - « N’oubliez pas d’inventer votre vie »

à propos de
Michel Foucault, Le Courage de la vérité, t. II, Le gouvernement de soi et des autres


Naomi Klein - Ca suffit : il est temps de boycotter Israël

Henry Siegman - Les mensonges d'Israël

Enzo Traverso - Le siècle de Hobsbawm

à propos de
Eric J. Hobsbawm, L’Âge des extrêmes. Histoire du court XXe siècle (1914-1991)


Yves Citton - La pharmacie d'Isabelle Stengers : politiques de l'expérimentation collective

à propos de
Isabelle Stengers, Au temps des catastrophes. Résister à la barbarie qui vient


Isabelle Stengers - Fabriquer de l'espoir au bord du gouffre

à propos de
Donna Haraway,


Serge Audier - Walter Lippmann et les origines du néolibéralisme

à propos de
Walter Lippmann, Le Public fantôme
Pierre Dardot et Christian Laval, La Nouvelle Raison du monde. Essai sur la société néolibérale


Nancy Fraser - La justice mondiale et le renouveau de la tradition de la théorie critique

Mathieu Dosse - L’acte de traduction

à propos de
Antoine Berman, L’Âge de la traduction. « La tâche du traducteur » de Walter Benjamin, un commentaire


Daniel Bensaïd - Sur le Nouveau Parti Anticapitaliste

à propos de
Jérôme Vidal, « Le Nouveau Parti Anticapitaliste, un Nouveau Parti Socialiste ? Questions à Daniel Bensaïd à la veille de la fondation du NPA », RiLi n°9


Iconographie (légende)

La RiLi a toutes ses dents !

Yves Citton - La passion des catastrophes

Marielle Macé - La critique est un sport de combat

David Harvey - Le droit à la ville

Grégory Salle - Dérives buissonières au pays du dedans

Bibliographies commentées: "L'étude des camps" et "Frontière, citoyenneté et migrations"

Jérôme Vidal PS - Le Nouveau Parti Anticapitaliste, un Nouveau Parti Socialiste ? Questions à Daniel Bensaïd à la veille de la fondation du NPA

Marc Saint-Upéry - Amérique latine : deux ou trois mondes à découvrir

à propos de
Georges Couffignal (dir.), Amérique latine. Mondialisation : le politique, l’économique, le religieux
Franck Gaudichaud (dir.), Le Volcan latino-américain. Gauches, mouvements sociaux et néolibéralisme en Amérique latine
Hervé Do Alto et Pablo Stefanoni, Nous serons des millions. Evo Morales et la gauche au pouvoir en Bolivie
Guy Bajoit, François Houtart et Bernard Duterme, Amérique latine : à gauche toute ?


Bibliographie indicative sur l'Amérique latine: Néoprantestatisme, Migrations, Revues, et Biographies présidentielles

Peter Hallward - Tout est possible

L’anthropologie sauvage

Le Comité un_visible

Thomas Boivin - Le Bédef ou l’art de se faire passer pour un petit.

Frédéric Lordon - Finance : La société prise en otage

Mahmood Mamdani - Darfour, Cour pénale internationale: Le nouvel ordre humanitaire

André Tosel - Penser le contemporain (2) Le système historico-politique de Marcel Gauchet.Du schématisme à l’incertitude

à propos de
Marcel Gauchet, L’Avènement de la démocratie, tomes I et II


« Nous sommes la gauche »

André Tosel - Article en version intégrale. Le système historico-politique de Marcel Gauchet : du schématisme a l’incertitude.

à propos de
Marcel Gauchet,


Paul-André Claudel - Les chiffonniers du passé. Pour une approche archéologique des phénomènes littéraires

à propos de
Laurent Olivier, Le Sombre Abîme du temps. Mémoire et archéologie


Nous ne sommes pas des modèles d’intégration

Claire Saint-Germain - Le double discours de la réforme de l’école

Yann Moulier Boutang - Le prisme de la crise des subprimes :la seconde mort de Milton Friedman

Giuseppe Cocco - Le laboratoire sud-américain

à propos de
Marc Saint-Upéry, Le Rêve de Bolivar. Le défi des gauches sud-américaines


Emir Sader - Construire une nouvelle hégémonie

Maurizio Lazzarato - Mai 68, la « critique artiste » et la révolution néolibérale

à propos de
Luc Boltanski et Ève Chiapello, Le Nouvel Esprit du capitalisme


Carl Henrik Fredriksson - La re-transnationalisation de la critique littéraire

Harry Harootunian - Surplus d’histoires, excès de mémoires

à propos de
Enzo Traverso, Le Passé, modes d’emploi. Histoire, mémoire, politique


Stephen Bouquin - La contestation de l’ordre usinier ou les voies de la politique ouvrière

à propos de
Xavier Vigna, L’Insubordination ouvrière dans les années 68. Essai d’histoire politique des usines


Jérôme Vidal - La compagnie des Wright

Nicolas Hatzfeld, Xavier Vigna, Kristin Ross, Antoine Artous, Patrick Silberstein et Didier Epsztajn - Mai 68 : le débat continue

à propos de
Xavier Vigna, « Clio contre Carvalho. L’historiographie de 68 », publié dans la RILI n° 5


Nicolas Hatzfeld - L’insubordination ouvrière, un incontournable des années 68

à propos de
Xavier Vigna, L’Insubordination ouvrière dans les années 68. Essai d’histoire politique des usines


Thierry Labica - L’Inde, ou l’utopie réactionnaire

à propos de
Roland Lardinois, L’Invention de l’Inde. Entre ésotérisme et science


Christophe Montaucieux - Les filles voilées peuvent-elles parler ?

à propos de
Ismahane Chouder, Malika Latrèche et Pierre Tevanian, Les Filles voilées parlent


Yves Citton et Philip Watts - gillesdeleuzerolandbarthes.

à propos de
Les cours de Gilles Deleuze en ligne
François Dosse, Gillesdeleuzefélixguattari. Biographie croisée
Roland Barthes, Le Discours amoureux. Séminaire de l’École pratique des hautes études


Journal d’Orville Wright, 1902 / 1903

Yves Citton - Il faut défendre la société littéraire

à propos de
Jacques Bouveresse, La Connaissance de l’écrivain. Sur la littérature, la vérité et la vie
Tzvetan Todorov, La Littérature en péril
Pierre Piret (éd.), La Littérature à l’ère de la reproductibilité technique. Réponses littéraires aux nouveaux dispositifs représentatifs créés par les médias modernes
Emmanuel Le Roy Ladurie, Jacques Berchtold & Jean-Paul Sermain, L’Événement climatique et ses représentations (xviie – xixe siècles)


Marc Escola - Voir de loin. Extension du domaine de l'histoire littéraire

à propos de
Franco Moretti, Graphes, cartes et arbres. Modèles abstraits pour une autre histoire de la littérature


Xavier Vigna - Clio contre Carvalho. L'historiographie de 68

à propos de
Antoine Artous, Didier Epstajn et Patrick Silberstein (coord.), La France des années 68
Serge Audier, La Pensée anti-68
Philippe Artières et Michelle Zancarini-Fournel (dir.), 68, une histoire collective
Dominique Damamme, Boris Gobille, Frédérique Matonti et Bernard Pudal, Mai-juin 68


Peter Hallward - L'hypothèse communiste d'Alain Badiou

à propos de
Alain Badiou, De Quoi Sarkozy est-il le nom ? Circonstances, 4


François Cusset - Le champ postcolonial et l'épouvantail postmoderne

à propos de
Jean-Loup Amselle, L’Occident décroché. Enquête sur les postcolonialismes


Warren Montag - Sémites, ou la fiction de l’Autre

à propos de
Gil Anidjar, Semites : Race, Religion, Literature


Alain de Libera - Landerneau terre d'Islam

Frédéric Neyrat - Géo-critique du capitalisme

à propos de
David Harvey, Géographie de la domination


Les « temps nouveaux », le populisme autoritaire et l’avenir de la gauche. Détour par la Grande-Bretagne

à propos de
Stuart Hall, Le Populisme autoritaire. Puissance de la droite et impuissance de la gauche au temps du thatchérisme et du blairisme


Artistes invités dans ce numéro

Elsa Dorlin - Donna Haraway: manifeste postmoderne pour un féminisme matérialiste

à propos de
Donna Haraway, Manifeste cyborg et autres essais


François Héran - Les raisons du sex-ratio

à propos de
Éric Brian et Marie Jaisson, Le Sexisme de la première heure :


Michael Hardt - La violence du capital

à propos de
Naomi Klein, The Shock Doctrine


Giorgio Agamben et Andrea Cortellessa - Le gouvernement de l'insécurité

Cécile Vidal - La nouvelle histoire atlantique: nouvelles perspectives sur les relations entre l’Europe, l’Afrique et les Amériques du xve au xixe siècle

à propos de
John H. Elliott, Empires of the Atlantic World
John H. Elliott, Imperios del mundo atlántico


Antonio Mendes - A bord des Négriers

à propos de
Marcus Rediker, The Slave Ship. A Human History


Nicolas Hatzfeld - 30 ans d'usine

à propos de
Marcel Durand, Grain de sable sous capot. Résistance et contre-culture ouvrière


Charlotte Nordmann - La philosophie à l'épreuve de la sociologie

à propos de
Louis Pinto, La vocation et le métier de philosophe


Enzo Traverso - Allemagne nazie et Espagne inquisitoriale. Le comparatisme historique de Christiane Stallaert

à propos de
Christiane Stallaert, Ni Una Gota De Sangre Impura


Stéphane Chaudier - Proust et l'antisémitisme

à propos de
Alessandro Piperno, Proust antijuif


Artistes invités dans ce numéro

Enzo Traverso - Interpréter le fascisme

à propos de
George L. Mosse, Zeev Sternhell, Emilio Gentile,


Guillermina Seri - Terreur, réconciliation et rédemption : politiques de la mémoire en Argentine

Daniel Bensaïd - Et si on arrêtait tout ? "L'illusion sociale" de John Holloway et de Richard Day

à propos de
John Holloway, Changer le monde sans prendre le pouvoir
Richard Day, Gramsci is dead


Chantal Mouffe - Antagonisme et hégémonie. La démocratie radicale contre le consensus néolibéral

Slavoj Zizek - La colère, le ressentiment et l’acte

à propos de
Peter Sloterdijk, Colère et Temps


Isabelle Garo - Entre démocratie sauvage et barbarie marchande

Catherine Deschamps - Réflexions sur la condition prostituée

à propos de
Lilian Mathieu, La Condition prostituée


Yves Citton - Pourquoi punir ? Utilitarisme, déterminisme et pénalité (Bentham ou Spinoza)

à propos de
Xavier Bébin, Pourquoi punir ?


Jérôme Vidal - Les formes obscures de la politique, retour sur les émeutes de novembre 2005

à propos de
Gérard Mauger, L’Émeute de novembre 2005 : une révolte protopolitique


Artistes invités dans ce numéro

Judith Butler - « Je suis l’une des leurs, voilà tout » : Hannah Arendt, les Juifs et les sans-état

à propos de
Hannah Arendt, The Jewish Writings


Christian Laval - Penser le néolibéralisme

à propos de
Wendy Brown, Les Habits neufs de la politique mondiale


Yves Citton - Projectiles pour une politique postradicale

à propos de
Bernard Aspe, L’Instant d’après. Projectiles pour une politique à l’état naissant
David Vercauteren, Micropolitiques des groupes. Pour une écologie des pratiques collectives


Philippe Pignarre - Au nom de la science

à propos de
Sonia Shah , Cobayes humains


Jérôme Vidal - Gérard Noiriel et la République des « intellectuels »

à propos de
Gérard Noiriel, Les Fils maudits de la République


Marc Escola - Les fables théoriques de Stanley Fish

à propos de
Stanley Fish, Quand lire c’est faire, L’autorité des communautés interprétatives


Artistes invités dans ce numéro

Philippe Minard - Face au détournement de l’histoire

à propos de
Jack Goody, The Theft of History


Vive la pensée vive !

Yves Citton - Éditer un roman qui n’existe pas

à propos de
Jean Potocki, Manuscrit trouvé à Saragosse


Frédéric Neyrat - à l’ombre des minorités séditieuses

à propos de
Arjun Appadurai, Géographie de la colère : La violence à l’âge de la globalisation


Frédéric Neyrat - Avatars du mobile explosif

à propos de
Mike Davis, Petite histoire de la voiture piégée


Thierry Labica et Fredric Jameson - Le grand récit de la postmodernité

à propos de
Fredric Jameson, Le Postmodernisme ou la logique culturelle du capitalisme tardif
Fredric Jameson, La Totalité comme complot


Alberto Toscano - L’anti-anti-totalitarisme

à propos de
Michael Scott Christofferson, French Intellectuals Against the Left


Jérôme Vidal - Silence, on vote : les «intellectuels» et le Parti socialiste

Artistes invités dans ce numéro